ANTI   ou   PRO

Faut-il choisir ?

Si c’est un choix, il est manichéen ! si vous n’être pas pour, vous êtes contre ! Noir ou blanc, comme les pions d’un échiquier ! On ne peut pas les confondre, il n’y a ni noir clair, ni blanc foncé ! Ni gris évidemment !

Dans cette opposition obligée entre pro et anti, comment ouvrir un dialogue, comment défendre des arguments ?

Impossibilité imposée et le dernier exemple est bien au sujet des vaccins pour lesquels aucun débat n’a jamais eu lieu.Trop dangereux !!!

Car si tout n’est ni blanc ni noir, alors la première question, celle qu’il ne faut surtout pas commencer à poser, arrive automatiquement : Le vaccin est-il bon pour la santé?

Question qui en amène vite une autre : Le vaccin n’est-ti-l pas bon pour la santé?

Et pire encore : Le vaccin est-il nocif pour la santé?

Soit nous restons des pions noirs ou blancs (chacun choisit sa couleur) et nous campons sur nos positions, soit nous comprenons que nous ne sommes que des pions, mais alors qui les déplacent ? Les mêmes qui refusent le débat, les mêmes qui collent des étiquettes, qui veulent un monde de pions qui s’opposent pour s’éliminer les uns les autres.

Coller une étiquette c’est comme masquer une complexité : « Si vous n’êtes pas vacciné, c’est que vous êtes anti-vax ! »

Masquer une complexité (existence humaine s’il en est) ce mot n’est pas venu par hasard et décrit bien la triste réalité dans laquelle ils nous ont enfermer.

Qui « ils » ???

Mais ceux qui sont les maîtres de l’échiquier, ceux qui imposent les dogmes, les vérités infligées, celles qui érigent les barrières et les barreaux de nos prisons mentales dans lesquelles nous sommes enfermées depuis qu’ils ont pris les commandes de nos vies.

Et ils inventent aussi tous les mots-clés pour verrouiller nos cerveaux et les faire rebondir entre les seules notions qui nous sont accordés, tels le pain et l’eau mais ici plus subtilement, le pain et les jeux, les jeux pour nous étourdir et nous domestiquer avec notre consentement.

Le complot est sophistiqué car il est d’autant plus accepté, intégré et défendu par ceux-là mêmes qui en sont à la fois les prisonniers et les gardiens.

Combien de philosophes ont décrit ces procédés en leur ajoutant même leur nom, tel Machiavel, combien les ont dénoncés pour avertir les peuples tels, La Boétie, sur la servitude acceptée des peuples ?

Les peuples c’est autant de diversités entre eux, autant de diversités à l’intérieur de chacun d’eux, autant de diversité dans chacun de ses membres ! Mais ils sont de plus en plus nombreux.

Comment les contraindre, les domestiquer, et même en supprimer une partie, comme d’un simple revers de la main  ou en utilisant celles des autres, les petites mains qui feront le sale boulot…

Une prolifération d’individus sur la planète, voilà bien le danger pour ces maîtres auto-proclamés qui ont défini les règles pour leur propre bénéfice.

Bénéfice, un mot qui ne peut rimer pour eux qu’avec sacrifice ! Pour qui ?

La trame de l’histoire est toujours la même et elle se répète tant qu’elle n’est pas comprise.

Cette fois, elle est scénarisée et mondialisée : quand on s’est emparé de toutes les manettes, dont la plus importante, les médias, on peut TOUT faire avec ce « sirop » qui fait passer toutes les pilules les plus amères : c’est pour votre BIEN !!!!

Mais voilà, l’UNIVERS veille et il y a toujours un grain de sable ! … /…