Category

LECTURES

Category

Documentaire sur Benoîte Groult, sur France 5.

Je n’avais vu que la fin de ce documentaire vendredi, mais j’ai eu la possibilité de me rattraper et j’ai pu le voir en entier dimanche matin. Dommage, il ne sera plus diffusé, je l’aurais bien enregistré pour reprendre de grande bouffées d’oxygène et des déferlentes d’espoir de cette femme-phare. Heureusement, il y a un autre choix, le meilleur : se plonger dans ses livres.

Elle le dit elle-même, elle a choisi ses maisons, au bord de l’eau : la méditerranée ou l’océan, le Var , la Bretagne et l’Irlande. Des maisons-bateaux pour elle, mais pour les femmes, la métaphore est plutôt, vu de la mer, les phares qui nous guident. A 88 ans, avec son dynamisme et son humour, elle me donne l’envie de croire que tout est encore possible!!!! Et le féminisme est sans doute, à bien y regarder, le seul chemin, le plus évident pour réveiller notre humanité à la dérive et qui apparemment ne s’en rend pas compte.

Benoîte Groult  dit qu’elle a attendu d’avoir 55 ans pour savoir qu’elle était féministe et écrire « Ainsi soit-elle ». Modestement, je dirais que  j’aurai attendu d’avoir 55 ans pour lire ce livre et m’apercevoir  sans doute,  que je le suis aussi, ou plutôt que je dois le devenir davantage devant les défis que nous avons à surmonter aujourd’hui.

Je n’ai pas encore ouvert la première page de ce livre, ni de celui qu’elle vient de terminer 33 ans après. Je sens seulement que je vais faire une très heureuse rencontre.

Coluche dit que nous aurons un  président écologiste, le jour où les arbres voteront… A quand une femme présidente???

« TOXIC » est le titre du dernier livre de William Reymond, sorti en début d’année.

Je viens de le terminer et comme il le dit, je ne regarderai plus mon assiette de la même façon…

Du même auteur, on vient de voir, à la télévision, une autre  version de l’affaire Dominici (Gaston étant interprété par Michel Serrault) : évident!

Pour TOXIC, c’est très simple et terrifiant : le poison est dans nos assiettes! On s’en doutait un peu mais il est vrai que la lecture de ce livre nous met les points sur les « i »!

On moquait Jean-Pierre Coffe quand il s’écriait, il y a déjà quelques années : « C’est de la merde! ».

On rit, et on continue à rire devant Tricatel , le roi de la malbouffe poursuivi par Duchemin, père et fils (De Funes et Coluche) dans le film « L’aile ou la cuisse »….

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=47573.html

Il y a 31 ans,  ce film paraissait outrancier en dénonçant l’industrialisation de l’agriculture : en lisant aujourd’hui TOXIC…je dirais que c’était un signal d’alarme que nous avons pris pour une guignolade!

Mais était-il facile de passer le message autrement que par une comédie. On a oublié qu’une fois avoir bien ri, souvent on pleure. Il y a 30 ans, ce n’était que le début, aujourd’hui, on est au bord des larmes, mais le sait-on?

William Reymond essaie  de nous faire prendre conscience que la dérive d’une agriculture industrialisée, appelée industrie agro-alimentaire… a complètement déréglé les productions animale et végétale en arrivant à des aberrations, comme rendre des vaches carnivores…

mais  surtout en nous faisant absorber nombre de substances toxiques dans des proportions « industrielles » :  produits « trafiqués », cancérigènes, mutants… enveloppées dans les paroles suaves et les images colorées du marketing et de la publicité.

On se laisse distraire, on rejette d’un revers de main….en pensant qu’avec tous ces organismes de contrôle…finalement, on est protégé!!!

Il suffit pourtant de regarder autour de soi!

Le sous-titre de son livre est « obésité, malbouffe, maladies : enquêtes sur les vrais coupables.

Son enquête  est partie de ce que nous voyons… de plus en plus d’obèses…et du comportement de chacun….mais comme ça ne suffisait pas pour expliquer l’obésité et les maladies qu’elle génére, il a poussé plus loin ses investigations et  ce qu’il nous « sert » nous ferait trouver délicieux les restes d’une poubelle d’arrière cour!

Maintenant, à chacun   de vouloir savoir ou pas!

Sûr que la phrase « il faut bien mourir de quelque chose! » a déjà été beaucoup utilisée…L’auteur fait d’ailleurs référence à la manière dont on considérait  la cigarette il y a 30 ans et aujourd’hui. Pour la nourriture, c’est le même processus.

On a peut-être de l’avance et  donc la possibilité d’ouvrir les yeux pour  réagir, pour nous bien sûr, mais surtout pour nos enfants.

William Reymond  est surtout papa en écrivant ce livre et l’agonie du petit garçon qu’il décrit en début de livre n’est pas dûe à une petite indigestion : c’est bien d’intoxication qu’il s’agit.

Et ça n’arrive pas qu’aux autres!

Si, comme moi, vous voulez  vous informer…cliquez sur ces liens :

http://www.myspace.com/williamreymond

http://toxicfood.org/?page_id=18

Queques vidéos des passages-télé de William Reymond à la sortie de ce livre :

http://www.dailymotion.com/WilliamReymond

Nourriture, malbouffe, faim dans le monde….la prise de  conscience semble avoir commencé et nous alerte : quelques livres et films récents:

Fast Foud Nation  http://www.fastfoodnation-lefilm.com/

Le marché de la faim : http://www.we-feed-the-world.fr/

Super size me (nourri au fast food)

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=56838.html

 

Lire, voici  une de mes activités favorites : Je viens d’ailleurs  de  renommer les catégories de ce blog  en fonction des différentes activités qui me caractérisent, ça me semble plus cohérent avec le titre éponyme du blog.

Cette activité a une place de choix : elle est un des éléments indispensables à mon plaisir et à  la nourriture de ma réflexion, donc de ce site.

La pile de mes livres à lire, en cours de lecture, à relire,  ne cesse de monter…

Dès qu’un sujet m’intéresse…je fonce sur un ou deux livres. j’en avais déjà plusieurs en cours et évidemment avec tous les sujets passionnants à explorer, je viens d’en acheter quelqu’uns de plus.
Chouette, c’est les vacances!

« Je sais que je ne sais rien » disait Socrate qui fut mon maître à penser. Ce que je supposais adolescente  est devenu une révélation en classe de philosophie. Ma rencontre avec lui fut telle que dès mon premier devoir, j’obtins un 17/20. Il va sans dire que cette copie a traversé le temps et fait partie de mes trésors. Surtout quand on sait que,  pour mon excellent prof de philo, une bonne note, c’était 12!

J’ai toujours aimé lire…j’ai suivi  des études littéraires et passé un bac philo. Lire a donc toujours été,  d’abord un plaisir puis   plus qu’une activité , une nécessité. Un besoin de savoir constant  pour comprendre… Et comme on ne peut se contenter d’un point de vue, les livres s’accumulent vite.

Plus encore  maintenant avec la vitesse de  l’ordinateur qui permet des recherches très fines sur tous les thèmes possibles et inimaginables.
Bien sûr, je lis beaucoup, sur l’écran d’ordinateur mais, c’est  la rencontre avec le livre et  le rapport privilégié que l’on a  avec lui qui est pour moi très importante.

C’est aussi ce plaisir que j’essaie de communiquer à mes élèves, celui de tenir un livre dans les mains : une façon de lier une complicité avec le livre, avec chaque page que l’on tourne pour mieux s’imprégner d’un savoir à travers des mots, des phrases. Le premier contact est donc sensuel.
C’est drôle mais quand on choisit un livre dans une librairie, on le prend en mains, on le soupèse, on le feuillette…et sans doute que déjà, il « nous parle »… »nous attire » …ou nous est indifférent! Et souvent en un quart de seconde, on le prend ou on le repose! Allez savoir pourquoi! Ah oui, redevenons cartésien : le prix.

Il est vrai que j’achète mes livres…parce que je veux les garder, comme des amis avec lesquels on se retrouve de temps en temps, d’autant que souvent je surligne des passages pour pouvoir y revenir rapidement.

Lire, c’est comme partir à l’aventure…des autres mais aussi de soi-même. L’auteur  à travers ses récits réveille en nous des émotions, des intuitions! Le livre est un révélateur et un accélérateur de réfléxions.

Aujourd’hui, je lis peu de romans, manque de temps d’abord mais  surtout parce qu’au fil des années, je suis de plus en plus interrogée sur le pourquoi mais aussi le comment de la vie.

Il se trouve que ces dernières années se produit la jonction de  deux philosophies, celle de l’orient et celle de l’occident. Les premières  fondées sur des connaissances ancestrales mais surtout sur la personne prise dans son intégralité… et les secondes, sur la matière, sur ce qui se démontre par des preuves scientifiques!

L’un des premiers livres fut « Guérir » de David Servan Schreiber. La force de notre mental qui agit,  qui régit notre corps de matière…

Notre cartésianisme mis à mal! Eh oui ce n’est pas parce qu’on explique pas tout que c’est du domaine de l’imaginaire voire du charlatanisme! Il y a d’autres éléments qui nous dépassent mais que  l’on peut aborder par d’autres chemins qui nous étonnent, et parfois nous effraient!

Les grandes questions existencielles….pour lesquelles chacun cherche des réponses, ses réponses à travers celles des autres. Des expériences qui sortent de notre champ de compréhension et qui nous entrainent sur des terrains que finalement on se risque à aborder ; quelque part, au fond de nous, on se dit que ce n’est pas si incoyable, qu’en fait c’est notre cerveau qui n’a pas allumé tous les secteurs. Et que ce n’est pas parce qu’on n’y est jamais allé que ça n’existe pas!

Mes lectures nourrissent bien sûr toutes mes activités dont  celle d’instit avec lequel je suis  » à la source ».

Mon activité d’enseignante me permet d’accéder à des observations et des applications de ces recherches, notamment  dans la mise en place des apprentissages de la lecture : par exemple ,  « les sons en couleurs »  en sont le fruit.

Tous les thèmes finissent par se répondre.. que je lise sur le féminisme, le pouvoir de l’eau, la pédagogie ou la toxicité des aliments….
Mon petit cerveau essaie de mettre tout ceci en cohérence et ce blog en me permettant d’y laisser quelques traces avec ces posts aussi j’espère.

Celui-ci d’ailleurs  ne me satisfait toujours pas : je l’ai remanié maintes fois parce que je veux toujours atteindre plusieurs objectifs :

-qu’il corresponde le mieux possible à ma pensée (et elle évolue sans cesse, notamment au fil de mes nouvelles lectures) et

-qu’il soit compréhensible par ceux qui le liront ( et là c’est un exercice pédagogique très difficile puisque la pédagogie c’est adapté son discours au récepteur …et là je ne le connais pas!..

…enfin si, j’en connais quelques-uns…mes fidèles que je salue ici) Je sais qu’ils  ne mettront pas de commentaires (pourtant ça me ferait plaisir) ,  je les aurais en direct…c’est ce qui m’encourage aussi à continuer…..