Category

POLITIQUE

Category

Tous les jours je découvre de nouvelles infos mais surtout des personnalités formidables grâce à internet. Tous ces alerteurs qui se lèvent, telles des balises dans la tempête, nous aident à garder ou à retrouver le bon cap.

Nous sommes de plus en plus nombreux même si on ne le voit pas encore assez.

La bonne nouvelle, même si c’est chacun à son rythme et que ça parait lent, c’est qu’une fois qu’on a commencé se poser la première question, on ne revient pas en arrière.

Personnellement, j’ai démarré assez vite car je fais cet exercice depuis plus de 40 ans! Tout s’est déclenché quand j’ai accompagné des ados de l’autre côté du rideau de fer, lors d’un échange France-RDA!

Et depuis…

Je passe beaucoup de temps pour faire des recherches, commenter et diffuser le infos que je pense intéressantes. C’est pour moi indispensable en cette période extraordinaire qui nous est donner de vivre. Nous sommes à la fin d’un système qui nous menait dans le mur de la surconsommation, de l’avoir au détriment de l’être.

Les 1% qui nous dirigent depuis près de deux siècles pensaient nous réduire au silence ou nous asservir avec le projet eugéniste remis sur le tapis après les révolutions, les guerres, le fachisme et le nazisme.

2030 : le grand reset, la grande refondation de l’humanité…et puis une opportunité : le covid!

On avance sur l’agenda et ce sera 2020!!!!

Ce n’est pas moi qui le dit, puis qu’ils ne s’en cachent même plus : Davos où tous ces milliardaires se rassemblent tous les ans, en est le théâtre et Klaus SCHWAB, son initiateur en est le grand gourou accompagné d’un aréopage des big tech et autre big-pharma. Son livre parut en 2016 en donne tous les détails.

Dans cette vidéo il explique comment nous allons être pucés…pour notre bien!

 

En avançant le calendrier qui nous amenait dans le mur du numérique par de l’intelligence artificielle pour une surveillance totale de tout un chacun sur cette planète, la secousse a été rude et le petit nombre qui connaissait ces funestes desseins, a poussé des cris d’alerte qui ont été entendus.

Pris en flagrant délit, ils n’avaient plus qu’une solution, foncer, accélérer et faire n’importe quoi, comme supprimer des médicaments utilisés depuis des dizaines d’années et interdire à des médecins de soigner…pour notre plus grand bien!!!

Nous étions comme la grenouille qui cuit à petit feu, s’engourdit et meurt sans réagir! En montant tout d’un coup la flamme, la grenouille s’est mise à réagir et à se demander comment s’en sortir : sauve qui peut!!!!

Nous sommes à ce moment historique. Personne ne sauvera personne, c’est à chacun de faire sa part, comme le dit Pierre Rabhi. Nous sommes des colibris et le plus important maintenant est de nous réunir, de nous rassembler, de nous retrouver.

Pourquoi nous isoler, nous confiner, nous distancier…parce que cette prochaine étape sera le déclic qui rallumera toutes les énergies et que plus rien ne pourra arrêter.

Alors, ils vont utiliser tous ce qui est en leur pouvoir, et il est immense puisqu’ils détiennent tous les pouvoirs et surtout la courroie de transmission médiatique qui tourne à plein régime.

Tels les nazis qui ont massacré davantage encore dans les derniers jours de leur défaite, ils essaient tous les moyens pour nous diviser, en utilisant notamment le pass sanitaire.

La bonne nouvelle est que notre administration française monstrueuse va avoir raison de leur projet, comme déjà l’application covid. Sa lourdeur et son inefficacité notoire vont se retourner contre eux qui l’ont complexifiée à foison!A suivre…et je serai là avec qui?

Je mets cette réflexion sur ce groupe plutôt que sur mon mur principal pour en appeler à votre mobilisation. J’attends vos commentaires et vos propositions. Les algorithmes FB censurent un max et même si je suis minuscule, je vais finir pas disparaître.

Je ne sais pas si je vais rester sur FB et je re-dynamise mon blog que j’ai ouvert en 2007 et que ma fille m’a réactualisé pour le rendre plus dense, comme un site sur lequel je vais pouvoir gérer tous mes projets, mais qui vont dans le même sens.

 

Bien sûr, j’adhère à SOLIDARITA!

Et pourtant j’ai hésité, mais je n’ai pas le choix, nous n’avons pas le choix, si ce n’est celui de se mettre en action solidairement!

Tout ce que je raconte sur ce blog, qui représente peu de ma vie, mais totalement de mes engagements, continue à me porter à agir.

Mais avec qui et comment?

En 30 ans de bénévolat, j’ai vu  les bonnes volontés s’amenuiser  au fil du temps et il reste…toujours les mêmes jusqu’à épuisement ou disparition!

Je suis en train de boucler la dernière  association dont je suis présidente lancée en 1997 tambour battant et des milliers d’adhérents combatifs. En 24 ans, nous avons obtenu quelques avancées  à la force de notre persévérance et de notre engagement. Aujourd’hui les derniers combattants sont épuisés et bien que les combats ne sont pas terminés, il faut rendre les armes.

Mais je ne m’avoue jamais vaincue! J’ai entamé l’écriture d’un livre-témoignage et comme toujours je ne sais pas dans quoi je me lance : ENORME mais c’est indispensable. Notre association, notre combat ne peut pas disparaitre sans mot dire!  Et comme toujours, le projet lancé, des aides se matérialisent, des mains se tendent. Je le sais d’expérience, ce ne sera pas facile mais c’est la difficulté et l’inconnu qui stimulent et rendent l’aventure passionnante.

Alors pourquoi adhérer aussi à SOLIDARITA?

Parce que tous les réseaux se rejoignent, tous les mouvements qui vont dans le sens de l’ouverture, de l’entraide, de l’écoute de l’échange deviennent complémentaires.

Toute crise fait surgir le meilleur et le pire! Toute crise est révélatrice de qui est qui!

Pour le pire, pas la peine de démonstration…il suffit de regarder les agitateurs du malheur, et même en les évitant, leurs ondes négatives sont difficiles à arrêter.

Pour le meilleur, c’est paradoxalement, ce pire qui les fait émerger et on a vu apparaître des êtres de lumière, des guides , des éclaireurs, des lanceurs d’alerte..

Peu importe le nom qu’on leur donne, ils se sont levés, ils se sont exposés et ont montré un autre chemin.

Jean-Jacques CREVECOEUR qui est l’un d’eux et qui a créé SOLIDARITA est visible, est une cible.

Quand il explique qu’il s’est inspiré des résistants de la seconde guerre mondiale, je le comprends d’autant que je connais par mon papa, l’engagement dans un combat clandestin, puisqu’il a rejoint le maquis à 17 ans!

On ne peut pas comparer mais autant, l’anonymat était garant de la sécurité des réseaux de résistants qui ne connaissaient pas leur nom, ni leur lien , qu’en est-il aujourd’hui? Comment être anonyme alors que nous sommes tous pistés, ciblés, répertoriés….

Ce sera un  défi  difficile à relever pour l’anonymat mais j’espère qu’il le sera moins pour ce qui est des actions non-violentes inspirées par Gandhi et Martin Luther King.

Combien sommes-nous? combien serons-nous?

Le nombre n’est pas si important! Comme le rappelait Stéphane HESSEL : les résistants (terroristes pendant la guerre) ne représentaient qu’un tout petit nombre. Mais ils étaient motivés, réactifs, opérationnels. Ils étaient le levain qui a fait lever la pâte représentée par la masse immense et silencieuse du peuple inerte, endormi, apeuré, silencieux mais heureusement prêt à se lever.

En 1940, il n’y avait pas assez d’informations, aujourd’hui il y en a trop! Un autre défi à relever, mais pour que l’histoire se répète il faut se mettre en  action et SOLIDARITA propose une plateforme intéressante. A voir ce que nous en ferons!

 

 

 

Démocratie ou dictature ?

Ce n’est plus une démocratie !

Ce n’est pas « encore » une dictature !

Alors qu’est-ce que c’est ?

« C’est nouveau, ça vient de sortir dirait Coluche, qui saurait mettre des mots sur cette situation ubuesque ! Une situation qui n’a ni queue ni tête et qui nous donne le tournis avec ses incohérences et ses volte-face !

On entend « on n’est plus en démocratie ! » et là beaucoup opinent du chef !

Mais aussi ; «  nous sommes en dictature ! » et là c’est une levée d’offusqués !« Vous ne pouvez pas dire ça !!! »

Alors qu’est ce que c’est ?

Confinement, attestations à se faire soi-même, couvre-feu en temps de paix, interdiction de travailler, de se voir, de s’embrasser…

La liste est si longue et le désarroi si fort !

Mais qu’est que c’est ?

Si on ne peut pas nommer, on ne peut pas identifier. On identifie la démocratie ou la dictature car chacune a ses spécificités et les exemples abondent mais là on est coincé, bloqué dans un entre-deux ; on est sidéré, on ne bouge plus enfin si selon des règles qu’on nous donne !

Et pourtant le vernis de notre démocratie se lézarde et commence à faire apparaître des pans entiers de dictature habillée de sanitaire pour faire passer la pilule ou autre chose !

Alors qu’est-ce que c’est ?

En fait, c’est les deux ! une sorte de DEMOCTATURE !

C’est nouveau !!! Jamais l’humanité n’a connu une telle situation. Il est donc normal que nous soyons tous surpris,  mais nous devons sortir de notre torpeur !

Difficile car, tel le supplice chinois, la petite goutte qui tombe sans discontinuer nous tétanise pour nous maintenir dans l’attente…attente de quoi ?

Heureusement, de plus en plus comprennent et  s’informent.

Fermer tout accès à la culture ! pourquoi ?

La réponse est dans la  question ! Un autre Coluche, un chercheur de vérité, un simple échange ou un article réveillent de plus en plus.

DEMOCTATURE :

Ce mot englobe DEMO pour l’apparence de démocratie, on vous fait juste la démo !!!

Et CTATURE pour évidemment dictature,  mais qui cache une vérité bien plus horrible.

Nommons et réagissons !

Nommons et combattons !

Quand il est nommé, l’ennemi est mis à découvert, l’ennemi quel qu’il soit est affaibli et vu tel qu’il est. Il ne peut plus mentir, ses armes se retournent contre lui.

Les mots sont plus forts que les maux, c’est un langage universel, compréhensible par tous !

C’est à nous de décider où nous sommes, qui nous sommes ! La DEMOCRATIE, c’est le pouvoir du PEUPLE !

Il est grand temps de le reprendre !

C’est la commission Européenne qui décide à 80% de nos vies ! : c’est un groupe de personnes non élues qui détiennent tous les pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire.

Celui qui n’est pas élu et détient tous les pouvoirs est un DICTATEUR !

La France est donc soumise à cette dictature et doit obéir, telle une colonie !

Quand on a compris cela et il suffit d’aller sur le site de la Commission Européenne pour avoir tous les éléments, on comprend ce qui met les peuples dans la rue qui refusent d’être colonisés et qui se rendent de plus en plus compte de la soumission de leur gouvernement à ce dictat !

Donc, comprendre ce qui se passe, c’est ne pas s’en prendre à la marionnette mais aux marionnettistes !

Il suffit de sortir de la propagande qui se répand depuis des décennies d’autant plus facilement car reprise par les sacrifiés eux-mêmes !

Il suffit d’ouvrir un livre comme celui de Charles –Henri GALLOIS sur les « Illusions économiques de l’union européenne »

De plus en plus nombreux, les français s’informent et comprennent les enjeux.

Des livres comme celui de C-H GALLOIS ou les vidéos de l’UPR sont là pour nous aider à démêler le vrai du faux mais surtout à aller voir, derrière des discours creux et mensongers, la réalité de cette EUROPE qu’on nous a si bien « vendue », d’autant qu’ils sont si sûrs d’eux qu’ils ne se cachent pas et que toutes les infos sont disponibles.

Si ils sont si  forts c’est qu’ils comptent sur l’ignorance de la majorité, sur la peur insidieusement propagée, sur le déni du plus grand nombre qui leur sert de barrage à toute velléité !

Ils ont raison parce que ça marche depuis des décennies ! Et nous avons tous été complices car nous avons cru à cette Europe et nous l’avons même défendue !

Mais les faits sont têtus et ce nom  Europe qui a camouflé ce funeste projet, laisse apparaître de plus en plus la réalité du désastre  et nous a sortis de notre torpeur, aidés heureusement pas quelques lanceurs d’alerte, tel François ASSELINEAU qui a abandonné une carrière dorée pour ce combat.

Malheureusement pour eux,  la déliquescence de ce projet ultra-libéral a fait apparaître par pans entiers sa réalité bien maquillée de mots fallacieux mais de situations complètement inverses ! L’union européenne est devenue au fil des années un DOGME, donc un fait inattaquable ! Et pourtant, le socle est en train de se fissurer !

Heureusement, comme en 2005, avec des intellectuels comme Etienne Chouard, les français, quand ils veulent s’informer, trouvent les moyens et sont capables de décider !

J’ai repris ci-après quelques exemples du livre de C-H Gallois en espérant qu’il vous donne envie d’en savoir davantage ! Ce livre est à lire absolument avant tout débat car il cite des faits compilés, argumentés et vérifiables par chacun.

C’est un livre d’intérêt public car il donne accès à des textes de traités tellement touffus et complexes qui pourraient dégouter n’importe qui de s’y aventurer ! Et bien sûr, c’est fait exprès.

L’Europe protège, ensemble on est plus fort !!!

NON car l’UE n’est pas la solution mais le PROBLEME !

Comment peut-on répéter de telles affirmations quand on voit les colères des peuples européens à commencer par les grecs sacrifiés, par les anglais qui réagissent, par les français qui sont dans la rue depuis plus d’un an, Comment ne peut-on voir l’hôpital public à l’agonie, l’école républicaine dévalorisée, les gilets jaunes criant leur désespoir, les avocats jetant leurs robes …

Il faut comprendre d’où viennent toutes ces attaques, qui décident de ces destructions !

Il est évident qu’on n’est pas ENSEMBLE ! On n’est pas ensemble puisqu’on s’autodétruit les uns les autres en étant en concurrence déloyale avec  des règles totalement abolies qui nous laissent à la merci des autres.
Notre maison France est ouverte aux quatre vents et chacun de nos « amis »  européens peut venir se servir sans que nous n’ayons rien à dire !!

Depuis 1957, les traités européens posent le principe du « marché unique » européen, qui doit reposer sur les « quatre libertés » que sont dans le cadre de l’union européenne, la libre circulation des personnes, des  biens,  des capitaux et des services.

Ces « libertés » permettent donc les délocalisations, à 55% au sein même de l’union européenne, donc la destruction des emplois en France au profit d’un autre pays européen qui n’a pas les mêmes règles et qui ne les aura jamais puisque pour les changer il faut l’unanimité des 27 autres !!

Par exemple, la directive des « travailleurs détachés », au sein même de l’Europe, c’est donner les outils pour appauvrir un pays au bénéfice d’un autre ! Le « plombier polonais » touche le même salaire qu’un français mais les cotisations sociales sont versées au pays d’origine. C’est le siphonage mécanique du modèle social français !

Depuis 2007,  le nombre de travailleurs détachés est passé de 96 00 à 588 000 !!

Autre exemple : Pour le transport routier, c’est une véritable euthanasie de la profession qui est passée de 50% de l’activité européenne en 1999 à 10% en 2015 ! La raison est que la protection sociale du routier français est en concurrence avec les autres pays européens !

De pire en pire, après une délocalisation des outils de production, on constate une attaque maintenant sur les services :des emplois de comptabilité qui touchent une classe moyenne qui se paupérise et commence à son tour à sentir les effets de la mondialisation.

Une mondialisation qui sévit au sein même de l’union européenne qui de fait ne nous protège pas mais pire encore, nous livre aux voraces du libre-échange forcené !

La fin de ce système est proche car il s’autodétruit : faire des produits de moins en moins cher parce qu’on étrangle le salarié et le patron, diminuer de plus en plus le prix en créant de plus en plus de chômeurs, c’est en fait tuer le consommateur ! Si le consommateur n’a plus d’emploi, il ne consommera plus !

« Il sera chômeur mais pourra s’acheter un tee-shirt pas cher !!! »

Quand un oligarque arrive à dire une absurdité pareille, c’est qu’on est pas loin de la déchéance mentale et de la fin du système !

Voici quelques éléments, à chacun d’aller s’informer notamment sur le site UPR.FR

 

 

 

BRIGNAIS C’EST VOUS !

« J ai besoin de vous sur la liste, sinon il n’y aura pas de liste ! »

Bonjour à toutes et tous, habitants du DOMAINE DES POETES,

J’ai parcouru le Domaine des Poètes, mis des flyers dans votre boîte aux lettres (ça rappelle  des souvenirs) , rencontré certains, discuté avec d’autres mais, vu l’échéance qui se rapproche rapidement, je vous écris cette lettre en attendant de vous rencontrer  si ce courrier vous interpelle.

Comme vous l’aurez compris, je présente une liste aux élections municipales de mars 2020, pour une fois encore défendre mais d’une manière plus officielle, notre cadre de vie. Cette liste est ouverte à tous en respect des valeurs qui me caractérisent. Pour ceux qui ne me connaissent pas encore,  voici quelques infos.

J’ai été très impliquée dans notre lotissement, en tant que présidente pendant les 6 premières années de mise en route (1990-1996) puis comme vice-présidente (2011-2014)  pour clore un dossier. En tant que responsable associative, j’ai été souvent sollicitée pour être sur une liste. D’ailleurs je le fus en 1995 sur une liste qui défendait les services publics, mais j’ai, en 30 ans, toujours préféré garder la liberté d’ouverture qu’offre le monde associatif même si ce n’est pas toujours simple.

Ma famille est arrivée à Brignais en 1989. J’étais institutrice (en disponibilité pour suivre mon mari) et nous revenions de Montpellier.Notre fille avait 6 ans et notre fils, 3 ans. L’école Jacques Cartier n’existait pas  et ils ont fait les deux premières années à l’école Claudius Fournion. J’ai continué comme parent d’élève FCPE quand l’école Jacques Cartier s’est construite. Nous étions la deuxième famille (sur les 117) arrivée  sur la ZAC des Saignes (Zone d’Aménagement Concertée, projet communal) en plein chantier, sans route ni lumière et c’est mon mari qui a envoyé les premiers fax pour suivre l’avancement du lotissement.

A la création de l’association, le notaire s’est tourné naturellement vers lui mais trop occupé par son nouveau poste, c’est moi qui ai « accepté » de prendre cette responsabilité que j’ai occupée pendant deux mandats de 3 ans : toute la mise en route. Les deux dernières années, j’avais repris un poste de CP à l’école Jean Moulin.

Les dossiers et différents classeurs accumulés sont les témoins de l’ampleur de ce travail. Mais ce fut très formateur. J’étais au début  en disponibilité et les autres membres du bureau ayant une activité professionnelle je me suis retrouvée souvent seule pour mettre en place notre lotissement. Je  suis très fière de notre domaine et en le parcourant je me  dis que tous mes efforts n’ont pas été vains.

En 1993, nous avons organisé une grande fête pour l’inauguration du « Domaine des Poètes ».  J’ai passé le relais en 1996 et les bureaux suivants ont su faire perdurer notre lotissement. Je dus cependant reprendre du service en 2011 pour acter la rétrocession de certaines  voiries dans le domaine communal, ce qui n’avait pas été  fait par le conseil municipal, 15 ans auparavant !

Je suis retraitée mais encore présidente d’une association nationale sur les droits des divorcés (CCN-ARPEC). Je pourrais dire que j’ai fait ma part et profiter de ma retraite mais je ne peux rester indifférente à tout ce qui se passe.  Est-ce un changement ou un bouleversement de société ? Pouvons-nous accepter que tous les acquis, durement arrachés et construits par nos anciens soient balayés d’un trait de plume ! Quel monde allons-nous laisser aux générations suivantes ?

Ceux qui me connaissent ne seront pas surpris que je monte encore au créneau, comme je l’avais fait pour défendre un policier municipal en 2005.

L’éducation et le vivre ensemble sont le socle de notre société et après y avoir consacré une grande partie de ma vie, je ne peux pas regarder notre pays se déliter sans rien faire!

Le hasard, ou pas, a mis sur ma route un mouvement politique, l’UPR, classé divers par le ministère de l’intérieur et qui fonctionne comme une association, ce qui m’a plu tout de suite : réunir des citoyens de tous bords mais animés par un même objectif,  rendre sa souveraineté à notre pays qui l’a perdue à 80% avec les traités signés par nos gouvernements, différents  mais soumis aux mêmes règles européistes.

Ce que nous constatons dans la commune est la conséquence des directives européennes qui contrairement à l’argent attendu, ruissellent et nous engloutissent petit à petit.  Avec l’Union Populaire Républicaine, je me suis reconnue  dans l’éducation populaire et j’ai plongé dans les documents à disposition de chacun : traités, conférences, vidéos …Je me suis surtout rendue compte de mon ignorance ! C’était en janvier 2019, en février j’adhérais, en octobre, je décidais de me présenter aux municipales.

Ai-je les compétences ? Nelson MANDELA disait : « Soit je gagne, soit j’apprends ! » On apprend en faisant. Ce qui est passionnant dans la vie, ce n’est pas le but, c’est le chemin et toutes les rencontres de ceux qui se lèvent pour agir plutôt que subir !

Je me donne tous les moyens pour participer à cette campagne municipale. Ce courrier en est un mais je ne suis que le fer de lance et sans lance, le fer ne va pas bien loin !  J’ai déjà atteint un objectif formidable : démarrer  cette aventure et réunir des fidèles et de nouvelles personnes, pleines d’enthousiasme, de cette énergie qui irradie tout le groupe et vous permet de croire au possible. Réunir 33 personnes sur 8000 est donc  à notre portée, mais le temps presse.

Comme je l’entends ces jours,  il serait dommage que nous ne puissions participer à cette campagne faute …….de participants !

Sur plus de 11 000 habitants de Brignais  8631 étaient inscrits aux dernières élections municipales de 2014 et 45% se sont abstenus ! Il est vrai qu’en 2005, près de 55% de français avaient rejeté la Constitution Européenne qui leur a été ensuite imposée avec le traité  de Lisbonne ! Quand on leur demande leur avis, les citoyens savent se mobiliser, mais si on bafoue leur légitimité, ils se détournent et c’est dommageable pour tous !

L’échéance municipale construit les fondations de notre démocratie et chacun doit en prendre conscience. Il est temps de réagir et de reprendre confiance !

 Nous avons appelé la liste BRIGNAIS C’EST VOUS  car si chacun d’entre nous fait sa part, si petite soit-elle,  alors nous pourrons faire entendre notre voix.

Merci à ceux qui m’ont lue jusqu’ici mais ce projet s’arrêtera net si nous ne passons pas l’étape décisive  de cette campagne municipale : réunir une liste de 33 noms, à égalité hommes /femmes.

Toutes les infos sont dans le flyer ci-joint comme le site et les vidéos présentant le programme. Nous avons deux semaines pour compléter la liste. Je compte sur vous !

Il ne tient qu’à chacun de nous  pour que nos vœux se réalisent pour cette année 2020 !

Marie-Noëlle BRAMONTE  06 84 91 35 84.                                     Si vous voulez que votre voix compte, votez pour vous!

5 allée Auguste Renoir  mnbramonte@gmail.com

 

 

 

Voici le texte que j’ai écrit suite à ma décision de me présenter à cette élection municipale. Cela ne devait être qu’un petit texte de présentation et finalement, c’est plus complet puisque, ce qui a  été déterminant dans ma décision c’est la rencontre avec l’Union Populaire Républicaine en janvier 2019. J’adhérais en février.

Ma détermination s’est démultipliée au fil de l’année 2019 quand tout d’abord, j’ai regardé de près ce parti qui existe depuis 12 ans mais que je ne connaissais pas. Je suis désolée de ne pas avoir porté attention à ce  parti tellement minoritaire et que l’on nous montrait de façon caricaturale. Mais comment faire quand, même lorsque vous êtes candidat aux élections présidentielles, vous n’avez que quelques minutes pour démontrer le gigantesque piège de l’Union Européenne. En revoyant maintenant François ASSELINEAU déchirer le texte des GOPE, je vois la portée de son geste qui ne pouvait être que symbolique mais que l’on a pas compris. Les « journalistes » n’ont surtout rien fait pour nous le faire comprendre! Bien au contraire!

Minoritaire car ce sont les sondages qui décident de qui est à 1% et qui est à 20%… Comment avoir 20% de votants car on a 1% d’audience! Tout est décidé à l’avance, on ne le sait que trop!Parce que l’on a perdu toute confiance dans cette « politique », on continue à se laisser berner! Tous pourris et tout est dit!!!

En rejetant tous les partis politiques qui nous donnent trop souvent des raisons de le faire, on rejette aussi des politiciens  sérieux, honnêtes et désintéressés!

Je ne savais pas que ça existait, et comment l’aurais-je su puis que l’UPR est « interdit » de médias! Heureusement il y a internet, mais la puissance des grands médias écrasent tout sur son passage! Quand un parti politique est absent des grands médias, car totalement blaklisté, il faut vraiment le vouloir pour s’y intéresser. Heureusement, il s’est  trouvé un ami qui m’a interpelé…plusieurs fois. Il faut être persévérant, car, dans mon cas, il a insisté…Et je ne l’en remercierais jamais assez!

Dès que l’on a lancé le premier regard,  écouté les premiers  arguments, regardé la première conférence…on ne peut plus s’arrêter, tellement  on se rend compte du gouffre d’ignorance et de désinformation dans lequel on est. Dans lequel j’étais! Quand justement je me rends compte que quelqu’un comme moi, impliquée, toujours à l’affût d’informations contradictoires, je suis passée à côté de l’UPR, je me dis que la tâche va être difficile mais au combien enthousiasmante de transmettre. Etre tel le bon enseignant, celui qui montre sans dire ce qu’il faut voir! Laisser à chacun la possibilité de se faire sa propre idée.

Quel courage et quelle persévérance, il a fallu depuis plus de 12 ans  et il faut encore à François ASSELINEAU pour tenter de nous expliquer pourquoi et comment nous sommes dans la situation de destruction de notre belle FRANCE. Tous, nous avons constaté et constatons tous les jours les attaques que subissent nos services publics, notre industrie et notre agriculture depuis des dizaines d’années. Comme la grenouille plongée dans une eau froide que l’on fait chauffer petit à petit, nous nous adaptons en pensant que c’est supportable…au moment où l’eau bouillonne, la grenouille est cuite et c’est terminé. Je dirais que les grenouilles que nous sommes sont engourdies et que certaines nous secouent pour sauter vivement du chaudron!!!

Pour ceux qui sont étonnés de voir tellement d’ affiches UPR, alors que les médias n’en parlent pas ou mal, c’est justement pour non seulement contrebalancer cette injustice mais surtout pour nous interpelez…et il semble que l’heure soit venue vu le nombre grandissant  d’adhérents et l’audience exponentielle sur internet.

Je rejoins avec enthousiasme l’UPR qui veut nous réveiller et je suis d’autant plus déterminée que le temps presse : nous sommes bientôt cuits!

Voici mon texte et la vidéo de présentation filmée lors de l’université d’automne UPR à Vallères. Je venais de prendre la décision de cette candidature.

https://youtu.be/7zHoPeamOkw

Je suis honorée de présenter une liste UPR ouverte aux citoyennes et citoyens  de Brignais pour les municipales des 15 et 22 mars 2020.

Personnellement, j’ai adhéré à l’UPR de François Asselineau en février 2019  et j’ai décidé de me présenter à cette élection municipale. A savoir que  l’UPR est classée « divers » par le ministère de l’Intérieur et ouvert à tous ceux qui veulent que la France retrouve son autonomie politique pour décider elle-même de son avenir. J’habite Brignais depuis 30 ans et je me suis toujours impliquée dans la vie de la cité.

Vous me connaissez peut-être comme responsable de parents d’élèves sur Fournion et Jacques Cartier, maîtresse d’école sur Jean Moulin, syndic bénévole de copropriété du Domaine des Poètes ou pour avoir créé un comité de soutien pour un policier municipal. Je suis toujours mobilisée comme présidente d’une association nationale sur les conséquences du divorce.

En tant qu’enseignante ou associative, j’ai fait de nombreuses pétitions et des manifs pendant près de 40 ans, et je constate que toutes les avancées que nous avions obtenues partent en lambeaux !  J’ai toujours voté, par devoir civique, et comme beaucoup, j’ai toujours essayé de voter « au mieux » en constatant que  non seulement rien ne change, mais que ça empire !

Il suffisait pourtant d’écouter François Asselineau qui nous désigne, depuis la création de son parti, il y a 12 ans, les causes de la situation de notre pays qui se dégrade : la désindustrialisation, l’agonie de nos agriculteurs, la vente à la coupe de notre patrimoine et la casse de nos services publics.

Les traités signés par nos gouvernements depuis 1957, mais surtout le traité de Maastricht ont mis la France sous la coupe d’une entité supérieure mais que nous n’avons pas élue : L’union Européenne, « la mal nommée ». Ce mariage forcé, arrangé par nos dirigeants, non seulement n’a jamais été décidé par les peuples européens mais quand ils ont dit NON, comme  les français en 2005 à plus de 55%, leur vote a été bafoué avec le traité de Lisbonne en 2008.

Nous n’avons pas réagi à ce moment-là ! Je n’ai pas réagi, le nez dans le guidon, comme chaque citoyen qui veut faire au mieux dans sa vie de tous les jours! Il est temps de lever le nez, ce que je viens de faire et d’ouvrir notre grand angle.

Ce que nous constatons est la conséquence de décisions prises par les oligarques, non élus, de la Commission Européenne. Nos gouvernants ne sont que des courroies de transmission et, bien sûr, ils ne peuvent pas tenir leurs promesses puisqu’ils n’ont pas ce pouvoir !

On peut rester indifférent et dire que tout cela nous dépasse ! Mais on peut aussi, chacun avec nos qualités, reprendre notre destin en main et celui des générations futures, comme l’ont fait dans des périodes sombres, nos anciens.

Les conséquences désastreuses que nous constatons nous obligent à voir que nous aussi, nous sommes en guerre : c’est une guerre économique que nous subissons d’autant qu’on nous a enlevé les armes pour nous défendre !

C’est une guerre larvée où les combattants sont fauchés par la précarité qui peut atteindre chacun d’entre nous jusqu’à retourner cette violence contre eux-mêmes.Si nous ne sommes pas atteints, pouvons-nous dire que ce n’est pas si terrible ? Mais comment pouvons-nous rester indifférents? Je pense que réduire ces conséquences  à des statistiques ne doit pas nous rassurer mais au contraire nous faire réagir!

Ce n’est pas en se comparant à la misère du monde que nous aurons nos réponses,

Ce n’est pas en refoulant les malheureux à nos portes, que nous protégerons nos enfants.

Ce n’est pas en rejetant les tords sur les « politiques » que nous trouverons la solution !

Nous sommes le nombre et si chacun d’entre nous fait ce qu’il sait le mieux faire, alors nous pourrons regarder fièrement nos enfants en leur laissant un monde meilleur !Je sais rassembler, je sais transmettre et je vais mettre ces compétences au service de cette renaissance.

« Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse »Ne nous laissons pas détourner par des infox qui veulent brouiller notre regard !

J’ai la certitude que nous sommes nombreux à avoir cette prise de conscience : nous ne sommes que des pousses, mais certaines sont déjà bien développées !

« Celui qui ne veut rien faire trouve des excuses, celui qui veut faire, trouve un moyen ». Nous avons encore quelques moyens et les élections, même si le système n’est pas parfait, nous offre ce choix. A nous de nous en saisir et de  rendre ses lettres de noblesse à la politique : nous occuper des affaires de la cité, faire de l’éducation populaire politique, susciter des débats et surtout devenir responsables de notre propre vie. Tout cela nous ne pourrons le faire qu’avec vous : car BRIGNAIS, c’est VOUS!

Si vous vous êtes reconnus dans ce texte et si vous décidez de nous rejoindre,  je serai heureuse de vous accueillir pour vivre ensemble, cette aventure humaine pleine de promesses. Bien à vous, Marie-Noëlle Bramonte

Ci-dessous, les coordonnées pour me contacter et vous renseigner sur l’UPR. Nous ouvrirons bientôt une permanence sur Brignais.

Marie-Noëlle BRAMONTE  mnbramonte@gmail.com  Domaine des poètes 06 84 91 35 84

FACEBOOK :   l’UPR à Brignais      UPR Rhône    UPR TV

Abonnez-vous sur YOU TUBE

UPR Rhône : Pour être au  plus près de nos territoires.

UPR TV (national) : Actualités, analyses, vidéos, conférences où vous aurez accès à  une mine d’informations.

Et bien sûr : le SITE  UPR  https://www.upr.fr

 

Si le RIC abrogatoire avait existé en 1997…

Je parle en tant que citoyenne mais aussi en tant que présidente d’une association qui se bat depuis plus de 20 ans pour aider des citoyens qui ont été condamnés à vie pour avoir divorcé. Ils n’ont commis aucun délit et ils ont respecté la loi, mais la loi, elle, ne les a pas respectés

Elle les a au mieux ignorés, au pire condamnés ainsi que leur famille.

Oui, vous avez bien lu : condamnés à vie, à perpétuité! Dans notre beau pays des droits de l’Homme, comment peut-on être condamné sans avoir commis de délit et à perpétuité!

Quand ces condamnés se sont réunis, en 1997, ils ont cru que leur combat pour demander justice serait difficile, mais ils étaient des milliers et la ministre de la justice elle-même reconnaissait l’injustice qui les frappait!

Après toutes les démarches légales : pétitions, manifestations, courriers aux élus… la réponse fut une nouvelle loi qui nous laissait sur le carreau puisqu’une loi n’est pas rétroactive….

En France, on sait faire des lois…

Il a fallu 20 ans, la persévérance des adhérents et la ténacité de quelques-uns pour obtenir quelques avancées mais tellement peu au regard du résultat : seuls 3% ont obtenu gain de cause et évidemment aucunement réparation : l’Etat ne fait pas d’erreur!

Si le RIC abrogatoire avait existé en 1997, nous aurions pu dignement et en toute légalité faire valoir notre situation. Démontrer que la loi de juillet 1975 sur le divorce par consentement mutuel était un enfer pavé de bonnes intentions.

Réunir suffisamment de voix car des centaines de milliers de familles sont impactées par cette loi qui a fait comme règle une rente viagère et non un capital.

En 1997, l’explosion médiatique de notre situation, reliée par tous les médias et en premier par France Inter, a surpris puis ému la France entière. Vite une nouvelle loi a gommé notre situation…et les médias sont passées à autre chose!

Quel pouvoir avons-nous, simple citoyen face à une telle injustice, fut-elle reconnue?

Juste celui de se regrouper en association et de « vider la piscine avec une petite cuillère »

Cependant cette situation si difficile soit-elle et sans doute parce qu’elle l’est a un bon côté : elle a fait de nous des EXPERTS!

Quand, en face d’un aréopage de spécialistes du DROIT, vous vous apercevez que la présidente de la commission des lois elle-même ignore la loi et reconnait notre expertise, on ne peut se demander qu’une chose : pourquoi ne sommes nous pas associés à l’écriture de la loi et aussi à son évaluation si les spécialistes eux-mêmes sont noyés? On ne peut pas leur en vouloir (quoique : nul n’est censé ignoré la loi )mais on peut au pire les aider, au mieux le faire à leur place!

Dans notre pays, il y a tellement d’associations sur des sujets, en toute matière, tellement de citoyens qui connaissent à fond un sujet, qui agissent avec BON SENS, ce fameux bon sens du père (ou plus souvent de la mère) de famille qui doit mener au mieux les affaires du ménage, tellement de citoyens qui offrent leurs services pour la bonne conduite de notre pays.

Tous ces citoyens font de la POLITIQUE : ils agissent pour le bien (étymologiquement) de la CITE.

TIRER AU SORT dans ce vivier, mathématiquement, vous aurez un maximum de citoyens capables de faire des lois humaines, de les contrôler pour le bien public, pour la REPUBLIQUE : la RES PUBLICA : la chose commune qui nous appartient à tous!

Je suis prête et beaucoup de citoyens, j’en suis sûre sont prêts aussi à relever ce DEFI qui n’en n’est un que pour ceux qui nous en croient incapables! Chiche!

Si le RIC avait existé en 1997, je ne serai pas en train de faire ce post, je ne serais pas en train d’écrire, encore et encore à tous nos élus, à Mr Macron, qui d’ailleurs ne m’a pas répondu!

Son courrier est sur notre site internet CCN-ARPEC.

En attendant, même si je continue à vider la piscine, je me dis que ce mouvement des gilets jaunes est un réveil, certes difficile, mais opportun pour rebattre les cartes et faire vivre enfin notre DEMOCRATIE dans ce beau pays de FRANCE.

Thomas Gassilloud a organisé une réunion/débat sur l’avenir de l’école.

J’ai écrit ce commentaire sur mon mur FACEBOOK suite à  cette réunion à laquelle je suis allée hier soir, jeudi 1er février 2018. Je continuerai sur ce blog pour le complèter.

J’y suis allée et j’ai participé sans aucune conviction car parler de la maternelle à l’université en 2H30., c’est tout survolé.. d’ailleurs chaque intervenant a dit chaque fois que son sujet méritait des heures…Donc on parle de tout un peu et ça a le mérite d’exister.

Bien sûr, il ne faut jamais baissé les bras mais pendant 40 ans j’ai entendu tellement de discours, simplement pour marquer un renouveau qui n’arrive jamais alors on fait des propositions mais toujours à la marge!
On a l’impression qu’on repart toujours à zéro, alors que les enseignants tous les jours innovent, et font tourner la « machine » . Mais personne ne vient voir…je peux en parler car j’ai travaillé dans des écoles répertoriées difficiles qui ont eu quelques aides comme les ZEP quand j’étais à Vaulx en Velin mais aussi dans une école, la dernière de ma carrière où n’étant pas répertoriée, on a fait avec les moyens que l’on s’est donné!
C’est la pyramide qu’il faut inverser pour faire redescendre toutes les initiatives des enseignants, ceux qui sont enseignants chercheurs et en faire bénéficier tous les autres.Une enseignante est d’ailleurs intervenue pour demander cette aide.
Je précise qu’enseignants-chercheurs est un fait et non un titre. Ils le sont car ils cherchent sans arrêt des solutions pour aider au mieux TOUS leurs élèves et pallier les insuffisances de l’administration…ce qui rend inventif.
J’ai toujours en tête la phrase de Coluche. « Dites moi ce dont vous avez besoin et je vous dirais comment vous en passer » L’Education fait plus fort que lui sans le dire c’est » Dites nous ce dont vous avez besoin et DITES NOUS comment vous allez vous en passer »!!!!!
J’y suis allée car le ministre a dit qu’il mettait tout ses efforts sur le primaire avec les cp et les ce1 dédoublés, mais que dans les zones répertoriées….
Dans notre école, on a pas dédoublé…ce qui n’est qu’un exercice comptable que l’on évalue…. et 2ème exercice comptable et administratif que pour quelques-uns seulement, répertoriés par l’administration, autant dire très peu. Ce qui a d’ailleurs un effet pervers, comme celui des ZEP, où du coup cette aide stigmatise ceux qui en bénéficient!!!!
Nous, on a ,dès que c’était possible, DECLOISONNER nos classes pour adapter notre enseignement ,ça s’appelle la PEDAGOGIE…tiens on n’a pas entendu ce mot hier au soir. Evidemment, je l’aurais prononcé si j’avais eu plus de temps…
Je ne sais pas qui me lira….je vais continuer sur mon blog!

D’ailleurs, je me dis que si le thème était étendu de la maternelle à l’université, c’était pour drainer un peu plus de monde. Combien aurions nous été, hier soir, pour parler des enfants du CP et CE1 et des enjeux pour tous et non quelques-uns?

Les FONDAMENTAUX, ce n’est pas qu’un mot! Les fondations de notre société, l’avenir d’une génération….qui s’y intéresse?

Je reprends ce blog avec le combat dans l’association CCN-ARPEC.

Lettre aux élus :

« En 1997, le maire de Bron accueillait notre association, l’ARPEC, créée par un habitant de sa commune. Elle avait pour objectif de mettre en lumière la situation de milliers de familles confrontées à la dérive d’une loi sur la prestation compensatoire. Habitant non loin, à Brignais, je suis devenue vice-présidente de cette association, car « seconde épouse » et donc victime collatérale avec mes enfants, nés de cette seconde union.

Notre association, ainsi soutenue, connut une médiatisation totale, qui permit, après les audiences de la Commission des lois et celle de la Garde des Sceaux de l’époque, de faire modifier cette loi (en 2000 et 2004). En effet, quand un capital n’est pas fixé au moment du jugement, la prestation compensatoire qui est par essence forfaitaire se transforme en rente viagère avec toutes les conséquences dramatiques que nous connaissons.

Cette nouvelle loi protège, désormais de cette dérive, mais malheureusement, cela ne règle pas les anciennes prestations !

Aujourd’hui, l’association CCN-ARPEC est toujours active pour aider ces familles qui sont, comme la mienne, 30 ans après, toujours dans la même situation ! L’exemple de mon mari est emblématique : marié 11 ans, il paie depuis 33 ans une prestation à son ex épouse, à la retraite et remariée, et devra encore le faire pendant 30 ans selon les espérances de vie ! 11 ans de mariage et plus de 60 ans de rente ! L’avantage excessif est évident mais encore faut-il que la justice le reconnaisse.

L’aspect financier est évidemment disproportionné mais la situation de bigamie entretenue par cette situation est aussi très difficile pour tout le monde, moi-même bien sûr, car cette charge me rappelle mensuellement ce lien qui n’est pas rompu par le divorce de mon mari, mais aussi mes enfants et mes beaux-enfants.

En 1998, lors de notre audience devant la commission des lois et notre rencontre avec la garde des Sceaux, j’avais évoqué les mini-bombes à retardement, familiales et financières, qu’une telle situation larvée pouvait générer!

14 ans plus tard, beaucoup ont explosé dans les familles recomposées qui tendent à devenir le nouveau modèle familial et les dégâts sont considérables car nourris par les pires sentiments qui soient !

Au pays de l’égalité des droits de l’Homme, il est temps d’assainir de réparer les inégalités de traitement entre des épouses, qu’elles soient d’un premier ou second mariage et des divorcés entre ceux qui l’ont été avant la loi de 2000 ou après. Il fallait peut-être attendre 30 ans pour que cette injustice flagrante apparaisse à tous. Aujourd’hui, il est grand temps ; des milliers de familles n’en peuvent plus !

Notre fierté est d’avoir pu mettre à jour, en 1997, la situation de nos familles et que l’Etat ait pu rectifier une loi pour éviter de nouvelles injustices. C’est ainsi que la démocratie fonctionne : les citoyens interpellent ceux qu’ils ont élus pour rectifier ou réadapter un texte qui n’est plus en adéquation avec la réalité : c’est la preuve d’une démocratie vivante !

Notre association est toujours dans la même démarche et ce courrier en est le médiateur.

Je vous demande donc, en tant qu’élu de la République et représentant des citoyens que nous sommes, de nous apporter votre soutien et notamment de poser une question écrite à l’Assemblée Nationale pour enfin régler cette situation.

Je vous joins le courrier de notre association ainsi que le nom du site* où vous trouverez tous les renseignements nécessaires pour compléter votre information. Je me tiens bien sûr à votre disposition si vous pensiez une rencontre nécessaire.

Dans l’attente et l’espoir que mon message aura retenu votre attention, recevez, Monsieur le Député, l’assurance de ma profonde considération.

 

Marie-Noëlle BRAMONTE

Membre du bureau CCN-ARPEC

 

*nom du site en lien sur mon blog

 

Dernier jour et retour.

Le dimanche matin, certains sont partis visiter une ville voisine, d’autres, comme moi, se sont rendus à une réunion œcuménique, installée, non pas dans un lieu de culte mais dans une cour intérieure d’immeubles.

C’est vraiment une réunion ouverte, sous tous ses aspects : français et allemands, cérémonies protestante et catholique,  musiques, nourritures spirituelle et terrestre puisque le buffet  est en préparation à côté.

Une cérémonie sans ostentation. Le chapiteau abritant la chaire arbore une publicité pour un plombier. Autant le décorum est simple, autant les paroles, traduites en français, sont  fortes et universelles.

Bien sûr, la musique est présente et rythme la cérémonie. Walter est au premier rang avec un instrument impressionnant !

Puis les festivités reprennent leur cours : des musiciens de jazz  mettent l’ambiance, puis il y a de nouveaux échanges entre les musiciens et enfin les cors de Brignais se mettent en place pour une imposante démonstration. 

Ensuite,  nous nous retrouvons tous ensemble pour un dernier repas… toujours très copieux.

 Je reste avec Eva-Marie et Walter qui sont  toujours aux petits soins pour moi. Des amis allemands viennent s’asseoir à notre table. Que de rire et de bonne humeur….je ne comprends toujours rien mais je me sens si bien !

L’heure du départ arrive.

On retrouve nos cars sur la place. Comme pour tout départ, c’est très émouvant et très bruyant à la fois. Les « au revoir » s’éternisent :  on a toujours oublié de dire quelque chose, de s’embrasser, de se donner des adresses , des mails…

 « Tout le monde dans les cars » répète l’organisateur…

Je suis avec mes hôtes et Manuel JUST,  le jeune maire de Hirschberg. Je suis accompagnée comme j’ai été accueillie : avec simplicité et gentillesse.

Mais où est Christiane ? La voilà qui arrive !

 Je l’appelle pour qu’elle ait le temps de saluer tout le monde.

Allez, un dernier moment, on rit, Eva-Marie commente nos adieux en allemand.

« Oui, on fait une dernière photo »..

On éclate de rire…photos…

Et  le maire de Brignais se joint à nous pour une dernière.

Sous un soleil magnifique qui a accompagné ces trois jours, la caravane des quatre  cars prend le chemin du retour.

Nos hôtes agitent les bras …puis disparaissent au sortir du virage.

Il est 14h, nous arriverons vers minuit. La route sera longue mais on a tellement de commentaires sur ce séjour…

Il faudra que je  les mette sur mon blog.

Depuis le retour, nous avons échangé  des mails avec Eva-Marie et Walter…en anglais !

Le contact est gardé. Ils ont commencé à voir mon blog et vont demander à un ami de traduire pour eux..

On se revoit, c’est sûr ! notre challenge : progresser en anglais pour améliorer nos échanges. L’invitation est lancée…j’espère que nous les verrons avant un échange officiel des deux villes.