Category

SANTE

Category

Protéger ses enfants !

Quand on prend la décision d’avoir des enfants, de créer des petits êtres qui nous ressemblent pour sceller notre amour de couple en retrouvant dans notre enfant, son regard, ses mimiques ou ses traits chacun de nous deux,  c’est une joie immense mais surtout une responsabilité que l’on n’évalue pas, et heureusement, car sinon  on ne passerait pas le pas.

Dès que cette décision est prise, une division se créée, on n’est plus deux, mais trois et bien sûr plus viscéralement pour la maman qui va le porter.

On a décidé, on a créé. Alors,  on devient responsable de ce petit être mais comment assumer cette responsabilité et le protéger ? Dès la conception, il faut être attentif et à chaque étape, à chaque mois, la responsabilité grandit au rythme du ventre qui s’arrondit.

C’est naturel bien sûr et la nature sait ce qu’elle doit faire…on n’est pas la première !S’il est bien un endroit où on pense que son enfant est protégé, c’est bien dans la chaleur du liquide amniotique : tout baigne !

Pourquoi, je dis tout cela…Parce que la vie, l’univers, Dieu ou je ne sais qui m’a donné deux grandes leçons au moment de ma première grossesse.

Ma petite fille est morte au 8ème mois de grossesse et j’ai survécu. Et pourtant, au fil des 15 jours qui ont suivi l’annonce, j’ai quelquefois souhaité mourir avec elle mais  la mort n’a pas voulu de moi.

Première leçon, même au creux de son ventre, on ne peut pas protéger son enfant.

Deuxième leçon : ce n’est pas nous qui décidons de notre heure !!! Alors carpe diem !

Dans une situation, comme celle-là, et je le savais, où l’enfant est mort-né, la  survie de la mère est suspendu à la rupture de la poche amniotique ! C’est la septicémie et la mort dans l’heure !

Quand, après l’annonce,  le médecin m’a dit de rentrer chez moi et de revenir quand j’aurai des contractions…je savais qu’il mentait, mais j’ai obéi et les 15 soirs où j’ai cru ou voulu fermé les yeux définitivement ont été une épreuve terrible.

Mais la VIE est toujours plus forte et nous aide à nous révéler, surtout quand on est soutenu par l’amour des siens !

J’ai eu l’immense bonheur d’avoir deux autres enfants, fille et garçon qui ont été, comme pour toute maman aimante,  mes raisons essentielles de vivre. Que serais-je devenue sans enfant moi qui leur ai consacrés ma vie professionnelle en devenant maîtresse d’école.

Aujourd’hui, ils ont passé la trentaine et nous sommes toujours très proches parce que nos parcours personnels et entrelacés  sont liés par l’amour, le respect et la communication.

Je sais, de par ces leçons brutales puis de tout ce qui a suivi, qu’une fois cette petite vie décidée, elle a sa propre destinée et si aujourd’hui j’écris, c’est pour vider mes émotions et lâcher du lest.

J’ai toujours fait « au mieux » pour protéger mes enfants et j’ai dû souvent me contrôler et faire des efforts pour ne pas être une maman étouffante et les laisser vivre…

Quand on a perdu un enfant, quelque soit les circonstances, c’est une réaction normale contre laquelle il faut lutter…Chacun à sa façon !Mon amie d’enfance qui a perdu un bébé à la naissance et a dû affronter des situations graves concernant une de ses filles, s’étonnait un jour que je ne dorme pas quand mes enfants n’étaient pas rentré à l’heure dite ou surtout quand c’est cette maudite messagerie  seule résonnait dans la nuit !!

« Ah bon, moi je dors, m’avait-elle dit !!! Quoiqu’il arrive, que peux-tu y faire ??? » Merci pour son bon sens terrien qui m’a toujours épaté !

Aujourd’hui, je continue à faire ce que j’ai toujours fait, que ce soit dans ma vie personnelle, professionnelle ou associative : savoir et faire savoir. Je suis enseignante dans l’âme et quand une première question se pose, suite à une situation ou  un doute, je tire le premier fil et la bobine suit.

Mes enfants et mon mari ont toujours été mes premiers « élèves ». « Fais-nous un résumé !! ou donne nous la version courte !! » Ils savent que lorsque je prends un sujet, j’y vais à fond !

Et pourtant, sur celui qui nous envahit aujourd’hui(vaccins, pass…° )mes enfants mettent en doute mes connaissances, mes expertises, mes analyses…Et je peux les comprendre, tellement l’entonnoir dans lequel on se trouve est extrêmement sophistiqué !

Les « tonnes » de documentations que j’ai accumulées sont contre-productives et ils ferment la porte tout de suite : « maman c’est trop compliqué » Si mes enfants sont à ce point happés dans ce tourbillon, je me dis que ce doit être va vraiment difficile pour ceux qui n’ont pas d’autres infos.

Quand tout est bloqué, qu’aucun dialogue n’est possible, ne reste que l’attitude qui peut interpeller : mon sourire, ma joie de vivre, mes projets ! C’est bon pour moi, et si ça peut aider…

J’ai fait et dit ce que j’ai pu sans être trop anxiogène sur la vaccination, preuves et livres à l’appui, mais non seulement mes arguments ne convainquent pas mais c’est un retour de boomerang !

C’est moi qui suis sur la sellette : pourquoi je ne veux pas de vaccination ? Je connais la puissance des mots et quand ils sont détournés, c’est encore plus compliqué ! Un vaccin est une injection, mais une injection n’est pas forcément un vaccin ! Répété comme un mantra… et sur le mode binaire, tel un ordinateur, soit on est  pro vax , soit on est  anti-vax !

Voilà, dans ce monde où les mots sont jetés à la face de l’autre sans argument, comment  doit-on se positionner ?Alors revenons à l’humain, à soi-même et prenons le temps d’écrire, de lire, de réfléchir.

Ne serait-ce qu’une question de génération ? Comment rejeter un pont entre nous ?

Je pose cette réflexion sur ma propre famille, sur mes enfants !

Diviser pour régner : les  globalistes sont devenus virtuoses dans cette « crise » qui  a été mise en place pour  fragmenter et opposer ! C’est réussi : on entend que les familles, les amis ou les collègues de travail se regardent de travers quand ils ne se dénoncent pas !

J’étais soulagée de me dire que je n’avais pas créé de scission dans mes proches et on se sentait, avec mon mari,  assez protégés étant retraités avec des activités qui nous laissaient plutôt libres. Mais la perversité de cette crise est en train de me rattraper et j’ai besoin de cet écrit pour poser la situation si je veux continuer à maitriser ma vie.

Je m’isole, je m’informe, je lis, j’écris, je me réunis avec moi-même, je me préserve, me garde en forme avec ma coach vidéo de pilates.  Physique, mentale et spirituelle, je me tiens en forme pour la suite.

Quelle sera-telle ? Avec le recul, j’ai compris depuis très longtemps que nous allions être confrontés à un choc car ce monde fou ne pouvait pas continuer ainsi !

Privilégier l’avoir sur l’être, la possession sur la créativité, la concurrence sur le développement personnel, la compétition sur l’entraide. La liste est longue mais le concept simple : vivre avec les autres et non contre les autres car l’être humain est un être social qui doit sa survie, depuis la nuit des temps, au groupe auquel il appartient.

Quand on voit la situation actuelle par le petit bout de la lorgnette, on ne comprend plus rien : on entend  tout et son contraire et on croit que nos dirigeants essaient de faire au mieux !

Mais quand on change d’optique : tout devient cohérent et le tableau fait frémir ! C’est tellement terrible et inimaginable qu’on ne veut pas voir, on est dans le déni, non parce qu’on est stupide mais parce que c’est impossible de croire qu’on nous veut du mal !

Cependant, la vérité finit toujours par éclater et les dictatures par tomber ! 3,5% (pourcentage constaté sur les révolutions passées) : c’est  la minorité qui sera le levain qui fait monter la pâte nous a dit Stéphane HESSEL.

Le réveil est en route : des milliers sont dans la rue et inutile de les compter, nous sommes encore plus nombreux prêts à l’action, à d’autres actions qui sont en train de prendre forme.

« Ils voulaient nous enterrer mais ils ne savaient pas que nous étions des graines »

Le bon  côté d’une crise est qu’elle fait apparaître plus rapidement  les êtres positifs et ils se reconnaissent entre eux. Heureusement les groupes sont nombreux et j’ai déjà à adhéré à plusieurs.

Le temps est maintenant à l’action ! Il faut protéger nos enfants !

Hier, j’ai rencontré un médecin qui visitait maman (99 ans bientôt) et était étonné de sa santé et de sa bonne humeur. Et puis mon frère a posé la question sur la vaccination pour maman.Et là, il a été inarrêtable…et d’ailleurs je l’ai laissé parlé pensant qu’il allait partir pressé pour une autre visite!

NON! il voulait me convaincre et oscillait entre l’injonction et le mépris (pensant que j’étais stupide n’aillant aucun argument à faire valoir).

Que dire???

Rien, si ce n’est…nous n’avons pas les mêmes infos!

Mais même là, il renchérissait sur les anti-vaccins (non je ne le suis pas…) et tous les poncifs sur l’éradication des maladies, Pasteur, le respect des autres, l’engorgement des réa..tout ou presque y est passé!

Je comprends qu’il soit (vacciné ainsi que toute sa famille) mais lui non seulement est loin de comprendre ma position puisque je n’ai pas pu lui exposer mais surtout ne veut pas l’entendre!

Moment assez pénible d’être « agressée » mais c’est surtout l’impact sur maman et mon frère qui m’ont ennuyée!

C’est le remplaçant du médecin traitant et maman le regardait avec effarement…elle s’exprime difficilement mais n’a pas compris autant d’agitation. Pour mon frère, il l’a encore gardé un quart d’heure sur le palier et je pense pour le convaincre de faire la deuxième injection et faire vacciner maman!!!

Heureusement, nous sommes très proches et discutons beaucoup mon frère et moi…depuis des décennies, lui 70 ans et moi 68) mais ce genre d’intervention est déstabilisante…Maman n’est pas en état de choisir et tous ces prédicateurs ne font qu’apporter du trouble!

La seule chose qui m’anime, dans tous les domaines, c’est le doute! Ceux qui n’en n’ont pas, surtout dans le domaine médical je les fuis et je ne peux que me féliciter de l’avoir souvent fait.

Et justement, pour les vaccins, jusqu’en 1998, je n’en avais pas!

En 1995, j’ai convaincu ma fille de se faire vacciner contre l’hépatite B en l’accompagnant chez notre médecin traitant (confiance ) et en me faisant vacciner avec elle.

Et en 1998, les effets secondaires, avec notamment la sclérose en plaques, ont plus qu’inquiété, donc des années plus tard!

Nous étions passé à travers mais, c’est là que le premier doute est apparu…et depuis! je me renseigne sur la vaccination…

Cela ne date pas de l’année dernière! mais je n’allais pas lui raconter 20 ans de questionnements et de recherches..

Comme disait un médecin, grâce à cette crise, le débat sur la vaccination, jusque là réserver aux officines, va pouvoir être fait au grand jour…

En effet, le bouillonnement est en cours et ça va pas être simple pour ceux qui tiennent le couvercle fermement d’éviter tout débordement…

Nous y sommes et grâce à tous ceux très courageux qui nous informent, je me sens prête à participer encore plus.

 

Tous les jours je découvre de nouvelles infos mais surtout des personnalités formidables grâce à internet. Tous ces alerteurs qui se lèvent, telles des balises dans la tempête, nous aident à garder ou à retrouver le bon cap.

Nous sommes de plus en plus nombreux même si on ne le voit pas encore assez.

La bonne nouvelle, même si c’est chacun à son rythme et que ça parait lent, c’est qu’une fois qu’on a commencé se poser la première question, on ne revient pas en arrière.

Personnellement, j’ai démarré assez vite car je fais cet exercice depuis plus de 40 ans! Tout s’est déclenché quand j’ai accompagné des ados de l’autre côté du rideau de fer, lors d’un échange France-RDA!

Et depuis…

Je passe beaucoup de temps pour faire des recherches, commenter et diffuser le infos que je pense intéressantes. C’est pour moi indispensable en cette période extraordinaire qui nous est donner de vivre. Nous sommes à la fin d’un système qui nous menait dans le mur de la surconsommation, de l’avoir au détriment de l’être.

Les 1% qui nous dirigent depuis près de deux siècles pensaient nous réduire au silence ou nous asservir avec le projet eugéniste remis sur le tapis après les révolutions, les guerres, le fachisme et le nazisme.

2030 : le grand reset, la grande refondation de l’humanité…et puis une opportunité : le covid!

On avance sur l’agenda et ce sera 2020!!!!

Ce n’est pas moi qui le dit, puis qu’ils ne s’en cachent même plus : Davos où tous ces milliardaires se rassemblent tous les ans, en est le théâtre et Klaus SCHWAB, son initiateur en est le grand gourou accompagné d’un aréopage des big tech et autre big-pharma. Son livre parut en 2016 en donne tous les détails.

Dans cette vidéo il explique comment nous allons être pucés…pour notre bien!

 

En avançant le calendrier qui nous amenait dans le mur du numérique par de l’intelligence artificielle pour une surveillance totale de tout un chacun sur cette planète, la secousse a été rude et le petit nombre qui connaissait ces funestes desseins, a poussé des cris d’alerte qui ont été entendus.

Pris en flagrant délit, ils n’avaient plus qu’une solution, foncer, accélérer et faire n’importe quoi, comme supprimer des médicaments utilisés depuis des dizaines d’années et interdire à des médecins de soigner…pour notre plus grand bien!!!

Nous étions comme la grenouille qui cuit à petit feu, s’engourdit et meurt sans réagir! En montant tout d’un coup la flamme, la grenouille s’est mise à réagir et à se demander comment s’en sortir : sauve qui peut!!!!

Nous sommes à ce moment historique. Personne ne sauvera personne, c’est à chacun de faire sa part, comme le dit Pierre Rabhi. Nous sommes des colibris et le plus important maintenant est de nous réunir, de nous rassembler, de nous retrouver.

Pourquoi nous isoler, nous confiner, nous distancier…parce que cette prochaine étape sera le déclic qui rallumera toutes les énergies et que plus rien ne pourra arrêter.

Alors, ils vont utiliser tous ce qui est en leur pouvoir, et il est immense puisqu’ils détiennent tous les pouvoirs et surtout la courroie de transmission médiatique qui tourne à plein régime.

Tels les nazis qui ont massacré davantage encore dans les derniers jours de leur défaite, ils essaient tous les moyens pour nous diviser, en utilisant notamment le pass sanitaire.

La bonne nouvelle est que notre administration française monstrueuse va avoir raison de leur projet, comme déjà l’application covid. Sa lourdeur et son inefficacité notoire vont se retourner contre eux qui l’ont complexifiée à foison!A suivre…et je serai là avec qui?

Je mets cette réflexion sur ce groupe plutôt que sur mon mur principal pour en appeler à votre mobilisation. J’attends vos commentaires et vos propositions. Les algorithmes FB censurent un max et même si je suis minuscule, je vais finir pas disparaître.

Je ne sais pas si je vais rester sur FB et je re-dynamise mon blog que j’ai ouvert en 2007 et que ma fille m’a réactualisé pour le rendre plus dense, comme un site sur lequel je vais pouvoir gérer tous mes projets, mais qui vont dans le même sens.

 

Chimio ou jeûne?

Cathy a choisi le jeûne!
Elle raconte son choix, cette expérience, cette aventure sur un blog créé à cet effet.
http://www.soyez-acteur-de-votre-sante.fr/

A lire absolument, si comme moi, vous pensez que la médecine « traditionnelle » ne donne pas la parole à tous ceux qui font d’autres choix thérapeutiques.(le reportage d’Arte sur le Jeûne ,en lien sur son blog, est passionnant).

Voilà bien longtemps que je n’avais écrit dans ce blog et je m’y précipite aujourd’hui pour relayer le témoignage de Cathy, ce qui est sa raison d’être : partager et faire partager des idées, des informations, des expériences, des conseils….relayer des témoignages comme celui d’Olivia et aujourd’hui de Cathy.

Je n’avais plus de nouvelles de Cathy depuis quelques temps déjà… et puis je lui envoie un mail d’invitation à un réseau et …de nouveau, nous voici reconnectées! Elle n’est pas intéressée…et je le comprends vite en lisant son blog.

Je l’appelle, on reste deux heures au téléphone : je suis bouleversée et tellement heureuse d’avoir de ses nouvelles. Nous sommes dans la même démarche, pour une meilleure prévention qui passe par l’alimentation et une meilleure connaissance du fonctionnement de notre corps et de ses fantastiques capacités à se soigner lui-même!!! encore faut-il l’y aider!

Si depuis un an, je..nous consommons du jus d’Aloe Véra et en apprécions les bienfaits, c’est dans le même esprit ( Mais je raconterai ce choix dans un autre article).

J’ai connu Cathy, il a y bien longtemps, en 1987 ou 88…nous étions voisines à Mauguio dans l’Hérault et nous sommes devenues très vite amies, mais ce fut de courte durée car nous avons déménager en 1989 pour revenir dans la région lyonnaise.
Nous avons gardé contact, courrier, voeux, téléphone…une visite, de passage à Brignais. Elle m’avait tellement vanté son sèche linge que j’avais été convaincu…je ne l’ai pas regretté et, clin d’oeil de la vie, les objets aussi sont là pour nous rappeler ces moments d’échanges et nos amis…
Mais la vie nous happe très vite!
Plus de nouvelles…et puis un jour une longue lettre me racontant ses péripéties, ces changements de vie de travail de lieu. Je suis épatée par son tempérament de battante!

Heureusement, le modernisme venait de faire rentrer Internet dans nos vies. On s’échange nos mails,des photos, des sites…On est de nouveau reconnectées! Elle a un salon de bien être « Zen et Belle » tout un programme. Elle m’envoie des invitations…mais la Champagne est un peu loin!

Et de nouveau plus de nouvelles..c’est à dire peu de retour sur les mails envoyés régulièrement aux amis ou connaissances, diaporamas , infos… comme un signe pour dire qu’on est toujours là…comme une ligne qu’on lance …au bout d’un certain temps on ne la lance plus pour ne pas importuner! Moi aussi parfois, je suis un peu agacée : c’est parfois trop!

Internet est un outil tellement pratique qu’il peut bien avoir aussi ses inconvénients…
Mais il a un avantage formidable, celui de pouvoir instantanément recréer un lien! et ça c’est GENIAL!

Cathy habite en Anjou…à des centaines de kilomètres mais nous allons de nouveau beaucoup échangé, je pense, car nous sommes dans la même démarche, même si avec cette « aventure » extrême, elle est allée très loin.
Nous sommes impliquées pour nous-mêmes bien sûr, mais aussi et surtout pour l’avenir de nos enfants et je rejoins ses coups de gueule sur l’alimentation qu’ils absorbent!

J’avais déjà mis des articles sur le sujet dans ce blog et les retrouvailles avec Cathy m’y encourage.

Comme plus personne ne vient sur mon blog….à part mes inconditionnels! (je les embrasse) je vais aussi envoyer un message par mail et sur facebook.

Merci Cathy, je suis sûre que ton témoignage sera très important. Même s’il n’aide qu’une personne, je serai contente d’y avoir contribué.

Pourquoi lire TOXIC FOOD?
Le plus simple est que je mette le lien avec les échanges sur le Forum de Métro.

Les questions essentielles des internautes et les réponses de William Reymond posent bien le problème et les différentes répercussions sur notre vie quotidienne.

 Je publie aussi, ci-après la newsletter de William Reymond que je viens de recevoir et qui déplore le manque d’intérêt des médias français, pas assez people…
Les explications sont malheureusement évidentes : « on » nous détourne le regard….les intérêts financiers sont collossaux.

Et puis c’est tellement facile de nous faire avaler des couleuvres : comme le nuage de Tchernobyl qui s’est arrêté à la frontière…

Je suis en train de relire pas à pas son livre pour en faire les commentaires les plus précis possibles (d’autant que cette fois, j’ai un peu la pression, William les attend!!!)

Mais le plus important, comme il le dit, face à l’omerta et aux autruches que nous sommes tous parce qu’il y en a marre de toutes ces mauvaises nouvelles….

C’est que tous, nous regardions en face la réalité de nos assiettes et que tous nous agissions, pour nous, mais surtout pour nos enfants!

Le premier pas, le plus difficile à franchir est donc de s’informer.
Le deuxième de diffuser l’information…
C’est la raison de ce premier commentaire et des diffusions par tous les moyens et l’un des plus rapides, internet avec tous les supports qui sont notre disposition.

C’est comme William le dit dans sa newsletter : à nousde jouer!

  » A vous de jouer !

Le 18 novembre dernier, les éditions Flammarion publiaient Toxic Food : Enquête sur les secrets de la nouvelle malbouffe. Le livre reprenait le flambeau d’un combat débuté il y a bientôt trois ans avec la sortie de Toxic

Et comme alors, Toxic Food vient de se heurter au terrible mur de l’indifférence des médias Français. Certes, il y a eu les relais habituels à mon travail auxquels sont venus s’ajouter un chat sur le site du quotidien Métro, un échange pétillant avec Karl Zéro et un débat tardif mais instructif chez Fréderic Taddei dans Ce Soir ou jamais sur France 3.

Mais rien de plus. Ou presque.

Les raisons sont toujours les même.

D’abord, un appétit grandissant pour « l’information » people. Ainsi désormais, lorsque l’on n’interroge pas les people, on parle des people comme l’on regarde son nombril : sans fin. Un livre d’enquête sur les maladies liées à notre alimentation moderne ? Pas assez glamour, Coco !

Ensuite, personne ou presque aujourd’hui ose s’opposer à la première industrie mondiale : l’agro-alimentaire. Pourquoi ? Parce que de fait, elle est aussi le premier annonceur publicitaire de la planète. Très clairement, Toxic Food dévoile un système qui est à la base de l’équilibre financier de la presse et de la télévision. Et donc, peu importe que ce système nous tue à petit feu, du moment qu’il les fait vivre, eux.

Enfin, à un moment où il n’a jamais été aussi important de contrôler son image politique, Toxic Food dérange. Le livre révèle comment nos gouvernements ont peu à peu laissé notre santé et finalement l’avenir de nos enfants aux mains d’industriels dont les scrupules se mesurent à l’aune de la bonne forme d’une courbe boursière.

Alors, puisque de mon côté, j’ai répondu aux obligations liées à ma volonté de vous informer (et je compte bien continuer à le faire à chaque fois que l’occasion de m’exprimer me sera offerte. En commençant par le Québec lors de la sortie du livre, le 4 février prochain.), je viens vous demander de prendre le relais et, à votre tour, d’agir.

La bonne nouvelle est que les outils à votre disposition sont nombreux et, je le crois sincèrement, plus efficaces que n’importe quelle invitation sur un plateau de télévision.

Bien évidemment, et plus particulièrement en cette période de cadeaux, il vous est possible d’acheter Toxic Food. Pour vous ou pour l’offrir, que cela soit en ligne ou chez votre libraire, le livre est largement disponible.

Dans le même esprit, vous pouvez demander à votre bibliothèque municipale ou scolaire, de se procurer le livre afin de le rendre disponible au plus grand nombre.

Mais, ce vote avec votre porte-monnaie, n’est pas suffisant s’il reste un acte isolé. Avec modestie et sincérité, je crois que les révélations contenues dans Toxic Food doivent être largement propagées autour de nous.

Donc parlez du livre à votre famille, à vos amis, à votre entourage professionnel. N’oubliez pas également de poster votre avis sur mon travail sur les sites marchands comme celui d’Amazon ou de la Fnac. Un conseil de lecture faudra toujours mieux qu’une chronique télévisée.

Et puis, contre le silence médiatique, utilisons la puissance démocratique de l’internet.

Il suffit d’un clic pour faire suivre cette lettre à vos contacts. D’un autre pour la poster sur vos murs virtuels. Ou de quelques secondes pour lui offrir le cadre de votre statut sur Facebook.

Et de guère plus pour porter l’écho de ce combat sur vos blogs, dans vos forums, sur Wikipedia, Twitter, Myspace, Youtube, Dailymotion et Facebook …

Au delà de l’avenir de Toxic Food, de celui de notre alimentation, il en va, je crois, de celui de la qualité de notre information.

Une information non assujettie aux intérêts financiers des multinationales, libre du poids politique et indépendante de l’état de santé de nos people.

A vous de jouer !

Merci d’avance.

William »

William Reymond

Après TOXIC, l’enquète sur la malbouffe , publié en 2007, William Reymond publie la suite attendue par tous les lecteurs dont je suis, TOXIC FOOD.

Je l’ai pratiquement terminé et comme pour le premier, je suis abasourdie par les révélations faites dans ce livre très documenté et ouvrant toutes les informations avec des liens sur internet.

Justement, c’est grâce à internet et plus facilement encore par facebook que les échanges avec William Reymond et les autres internautes activent l’information et sa diffusion.

Comme pour « TOXIC »,  je ferai  quelques commentaires  mais cette fois, ils dépasseront le cadre de ce blog pour nourrir les échanges sur les forums, tout d’abord sur le mien, dès qu’il sera opérationnel!

« TOXIC » est le titre du dernier livre de William Reymond, sorti en début d’année.

Je viens de le terminer et comme il le dit, je ne regarderai plus mon assiette de la même façon…

Du même auteur, on vient de voir, à la télévision, une autre  version de l’affaire Dominici (Gaston étant interprété par Michel Serrault) : évident!

Pour TOXIC, c’est très simple et terrifiant : le poison est dans nos assiettes! On s’en doutait un peu mais il est vrai que la lecture de ce livre nous met les points sur les « i »!

On moquait Jean-Pierre Coffe quand il s’écriait, il y a déjà quelques années : « C’est de la merde! ».

On rit, et on continue à rire devant Tricatel , le roi de la malbouffe poursuivi par Duchemin, père et fils (De Funes et Coluche) dans le film « L’aile ou la cuisse »….

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=47573.html

Il y a 31 ans,  ce film paraissait outrancier en dénonçant l’industrialisation de l’agriculture : en lisant aujourd’hui TOXIC…je dirais que c’était un signal d’alarme que nous avons pris pour une guignolade!

Mais était-il facile de passer le message autrement que par une comédie. On a oublié qu’une fois avoir bien ri, souvent on pleure. Il y a 30 ans, ce n’était que le début, aujourd’hui, on est au bord des larmes, mais le sait-on?

William Reymond essaie  de nous faire prendre conscience que la dérive d’une agriculture industrialisée, appelée industrie agro-alimentaire… a complètement déréglé les productions animale et végétale en arrivant à des aberrations, comme rendre des vaches carnivores…

mais  surtout en nous faisant absorber nombre de substances toxiques dans des proportions « industrielles » :  produits « trafiqués », cancérigènes, mutants… enveloppées dans les paroles suaves et les images colorées du marketing et de la publicité.

On se laisse distraire, on rejette d’un revers de main….en pensant qu’avec tous ces organismes de contrôle…finalement, on est protégé!!!

Il suffit pourtant de regarder autour de soi!

Le sous-titre de son livre est « obésité, malbouffe, maladies : enquêtes sur les vrais coupables.

Son enquête  est partie de ce que nous voyons… de plus en plus d’obèses…et du comportement de chacun….mais comme ça ne suffisait pas pour expliquer l’obésité et les maladies qu’elle génére, il a poussé plus loin ses investigations et  ce qu’il nous « sert » nous ferait trouver délicieux les restes d’une poubelle d’arrière cour!

Maintenant, à chacun   de vouloir savoir ou pas!

Sûr que la phrase « il faut bien mourir de quelque chose! » a déjà été beaucoup utilisée…L’auteur fait d’ailleurs référence à la manière dont on considérait  la cigarette il y a 30 ans et aujourd’hui. Pour la nourriture, c’est le même processus.

On a peut-être de l’avance et  donc la possibilité d’ouvrir les yeux pour  réagir, pour nous bien sûr, mais surtout pour nos enfants.

William Reymond  est surtout papa en écrivant ce livre et l’agonie du petit garçon qu’il décrit en début de livre n’est pas dûe à une petite indigestion : c’est bien d’intoxication qu’il s’agit.

Et ça n’arrive pas qu’aux autres!

Si, comme moi, vous voulez  vous informer…cliquez sur ces liens :

http://www.myspace.com/williamreymond

http://toxicfood.org/?page_id=18

Queques vidéos des passages-télé de William Reymond à la sortie de ce livre :

http://www.dailymotion.com/WilliamReymond

Nourriture, malbouffe, faim dans le monde….la prise de  conscience semble avoir commencé et nous alerte : quelques livres et films récents:

Fast Foud Nation  http://www.fastfoodnation-lefilm.com/

Le marché de la faim : http://www.we-feed-the-world.fr/

Super size me (nourri au fast food)

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=56838.html