Non classé

Je repars au combat…pour moi!

Ce n’est pas parce qu’on est dans son droit qu’on obtient justice!
C’est ce que j’ai appris au cours de toutes ces années de combat associatif.
Et pourtant , aujourd’hui, j’ai rencontré des avocats, mes avocats, et j’espère obtenir justice car j’estime être dans mon droit!
Comment une petite instit peut-elle avoir des avocats?????
Pas instit!  Professeur des écoles!
Justement , c’est à  cause de cette différence qui n’en est pas une que je les rencontre aujourd’hui.

Depuis ma première (et seule) année de droit en 1972 parce que je voulais être juge pour enfants et aujourd’hui, la défense du droit pour une meilleure  justice aura été la base de nombre de mes engagements : droit des parents comme responsable de fédération , droit des copropriétaires comme syndic , droit de la famille pour la révision de la prestation compensatoire et  droit du travail avec le comité de soutien pour Gérard comme présidente.

Il semble  que tous les combats que j’ai menés, souvent pour les autres,  depuis toutes ces années ont conduit  à réunir toutes les conditions pour que je me batte aujourd’hui pour moi, pour réclamer mes droits.
Apparemment, ce ne sera pas facile, mais ça ne l’est jamais!
Mais bon je pars au combat, comme toujours!

Bien sûr, je ne suis  pas seule, et je ne l’ai jamais été. on ne fait rien tout seul.
D’abord ma famille, mes enfants et surtout  Bernard, mon mari qui est toujours à mes côtés pour me soutenir dans mes choix et m’apporter ses qualités d’analyse toujours très pertinentes et  extrèmement lucides.

Ensuite une avocate avec laquelle j’ai mené le dernier combat,  pour Gérard et que nous avons gagné ensemble :  ça crée des liens! Elle vient de renforcer l’équipe avec un collègue, spécialisé,  et c’est un atout de poids! Voilà “mes avocats”!
 
Comme, cette fois, il s’agit de moi,de mon cas personnel, de mes engagements, de ma vie…. mon niveau émotionnel est passé dans le rouge lors de l’entretien. Mon avocate me reconnaît bien là : tenace et accrocheuse. Heureusement,  Bernard intervient pour m’aider à recadrer,  pour ne pas perdre de vue mon objectif!
Et là, il me laisse choisir : “te battre pour toi  et te donner toutes les chances de gagner ou partir, sabre au clair, pour défendre un idéal…les autres , et prendre le risque de tout  perdre!”

Il a raison et … je choisis les deux!  Mais en deux temps.
Dans un premier temps, j’accepte la négociation proposée par les avocats pour éviter le TA mais dans un deuxième , je ferai tout ce qu’il faut, notamment grâce à ce blog pour faire connaître mon histoire, j’écrirai un livre, que sais-je encore et je porterai ce combat pour les autres aussi, victimes comme moi!

Je relis ce texte et je me dis qu’à part les protagonistes, qui peut comprendre?? Mais l’affaire est sur le feu!

Je pense que ce n’est que le début et quand je dis un livre, c’est sûr, il y a de quoi écrire….
Donc, je donne quelques éléments :
1)  l’administration m’a induit en erreur et j’ai perdu mon droit à la retraite à 55 ans.
2) quelque soit le statut sous lequel on travaille dans une classe, quand on a la même activité, on devrait être considéré de la même façon par l’administration!

Je raconterai mon histoire par le menu..très bientôt.
Tout d’abord, parce qu’elle est significative des disfonctionnements de l’administration mais aussi pour qu’elle soit un signal d’alarme pour beaucoup de personnes dans mon cas…et qui ne le savent pas encore!
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *