Je ne peux pas répondre à cette question puisque c’est  la justice, plus précisemment le Tribunal Administratif qui me le dira. Quand????? J’ai l’impression depuis quelques semaines de vivre en apnée…Mes collègues me posent, et souvent n’osent même pas me poser la question  en raison de la préparation de la prochaine année scolaire.  Et la non réponse est toujours la même. Je vis suspendue  à une décision qui selon la place où on met le curseur, du pire au meilleur me laisse entrevoir tellement de scénari que j’en prends le tourni.

Mon sort est entre donc les mains d’un juge. Comment en suis-je arrivée là???

J’ai fait confiance à mon Administration qui m’a assurée, verbalement puis par écrit (d’où ma possibilité d’aller au Tribunal) que je disposais des 15 années de service actif me permettant de conserver mon départ à la retraite à 55 ans, tout en devenant Professeur des Ecoles en réussissant  le concours interne.

Mais  pourquoi vouloir devenir Professeur des Ecoles? Pas pour avoir un titre ronflant et (bien sûr allonger ma carrière de 5 ans!!!! ) mais tout simplement  pour améliorer mon salaire et ma retraite. J’ai été  en disponibilité plusieurs années, en raison de  la mutation de mon mari puis pour l’éducation de mes enfants (et beaux enfants) et  mes nombreuses activités bénévoles. La réussite de ce diplôme me permettait de compenser ce déficit, étant donné que toutes ces activités, familiale et associative ne sont reconnues en rien dans les cotisations retraite, et ça c’est une autre histoire!

Il va sans dire que la préparation et l’obtention de ce diplôme m’a demandé, à 49 ans, un investissement personnel important. Je ne pensais pas réussir mais j’y suis allée  confiante car  ayant pris toutes mes précautions : l’essentiel étant de conserver mon droit à la retraite à 55 ans. Je savais qu’il fallait ces 15 années de service actif dit classe B et je les avais : 9 + 6 = 15 . Je vérifiais bien que j’avais validé mes service auxiliaires. Tout était OK!

Losque j’ai réussi l’écrit et que je me suis retrouvée près du but, j’ai de nouveau rappelé ma gestionnaire qui m’a, une fois de plus précisé que j’avais bien les 15 ans. Une fois  le concours réussi, je l’ai rappelé de nouveau et là…pour me tranquilliser, elle m’a envoyé un document l’attestant, signé par le chef de service.

Avec le recul, je me dis qu’une petite alarme a dû s’allumer plusieurs fois, car si aujourd’hui, je n’avais pas  ce document, je ne serai pas en train d’écrire cette histoire mais de préparer ma prochaine rentrée.

Etre sûre d’avoir bien fait les choses, se renseigner, aller au fond des choses .Et oui, je pense et je suis même sûre ( la suite le prouve assez) être quelqu’un d’attentif et de vigilant. Secrétaire de formation, responsable associative, mère de famille, enseignante….j’ai mené chaque activité de ma vie avec la même rigueur. Je peux d’ailleurs  aujourd’hui retrouvée des témoignages écrits de nombreux épisodes de ma vie..et je viens d’avoir 55 ans.

J’avais aussi en mémoire une autre sécurité : lorsque ma fille Candice est morte, quelques jours avant sa naissance, la personne chargée de mon dossier à l’Inspection Académique m ‘avait conseillé de l’inscrire  sur mon livret de famille. Elle me précisait que si j’avais deux autres enfants,  je pourrais, avec 15 ans de service, prendre ma retraite. Son attention partait d’un bon sentiment, mais il se trouve que ma fille, née viable est bien considérée comme citoyenne et apparait sur mon livret de famille. Elle est surtout dans mon coeur depuis 26 ans et cette attention était restée aussi. Malheureusement ce qu’elle m’a dit est aussi faux!

Et aujourd’hui, alors que je voulais améliorer ma situation, je me retrouve piégée!!!!

Write A Comment