Category

ECOLE

Category

Voici la nouvelle mise sur le site des CE1 pour son deuxième anniversaire ,  et qui trouve sa place sur ce blog en raison de l’intéractivité de mes vies personnelle et professionnelle.

http://ce1jmb.free.fr/

Ce site a vu le jour en mars 2006… 2 ans déjà !!!
C’était pour Isabelle, Agnès et Marie-Noëlle une façon nouvelle et moderne de concrétiser leur troisième année de collaboration en ouvrant une fenêtre sur  leurs classes de CE1.
Tout d’abord, ce site devait  montrer et échanger sur les pratiques mises en place comme  la lecture avec les sons en couleurs le défi lecture en  BCD, les arts, le sport,  l’informatique, les maths…  L’objectif était de faire partager  notre fonctionnement  aux parents en premier lieu,  aux enfants eux-mêmes, et à tous ceux que cela pouvait intéresser, professionnels ou non.
Mais c’est avec  l’arrivée de Didier en janvier 2006 et son Dictionnaire de la Mémoire que le site s’est vite  enrichi de tous les autres projets qui nous tenaient à coeur.
Pour ne pas l’asphyxier et le rendre attractif, nous avons choisi ne n’en montrer que quelques touches au départ, à travers les rubriques, les activités et les diaporamas. Mais très vite, devant l’intérêt de nos visiteurs, nous avons un peu étoffé nos propos avec des développements pédagogiques, des liens… (voir Nos activités….de A à P !)
Si les nouvelles et nos éditos sont parfois  écrits avec la plume de l’humour, c’est  pour faire le plus souvent sourire votre coeur, comme le nôtre, clin d’oeil de notre bonheur d’être avec les enfants. Nous ne voulons vous  faire partager que  le meilleur, même si “notre bateau” a connu la tempête et des heures plus sombres ;  il s’en est relevé et n’en est que plus fort ! 
Merci à Delphine, jeune collègue chaleureuse et dynamique,  qui  a rejoint l’équipe des CE1 après le départ d’Agnès. Ce départ n’est d’ailleurs que géographique puisque les liens restent forts et que  le travail d’équipe continue  avec Défi-Maths.
Nous ne pouvons terminer cette nouvelle sans rendre “hommage” à Bernard, le mari de Marie-Noëlle : notre équipier de l’ombre !!!!
Merci Bernard Sans toi, cette aventure n’aurait jamais eu lieu ! En effet : facile d’avoir des idées, des envies, des souhaits… mais le passage à l’acte… informatique ne se fait pas tout seul ! Non seulement, tu nous as permis de lancer le site, mais tu en assures l’assistance technique et les sauvegardes, et lorsque nous nous aventurons, présomptueuses que nous sommes de nos petites réussites, dans le champ miné de l’informatique, tu es toujours là pour récupérer notre hardiesse. C’est aventureux…”dangereux” mais tellement exaltant ! Nous, on dit “magique !”
Concluons par un souhait : Que cette  troisième année qui s’ouvre soit celle du passage à un autre niveau : celui d’une collaboration élargie avec d’autres partenaires pour le plus grand bienfait des élèves, des CE1 bien sûr mais aussi d’ailleurs.
Merci encore à tous nos visiteurs… bientôt 40 000 !!!! Laissez-nous un petit message   dans la rubrique  «Livre d’Or », ça nous fera plaisir ! 

courriel envoyé lundi 25/2/2008 à tous mes contacts :

Bonjour à tous,

Ce matin, ce n’est pas un diaporama, mais un lien vers un site Vu des  quartiers. (donné par l’émission La Matinale de  Canal +)

http://vudesquartiers.journalisme.com/?page_id=58

Je trouve l’idée très intéressante : ce site  propose de faire des tandems : un habitant des quartiers et un journaliste, tous deux volontaires pour parler de ce qui se passe de façon plus objective et plus renseignée par les premiers intéressés.

C’est une façon de recrédibiliser l’information qui ne nous donne, le plus souvent,  que des images “trash” de ces quartiers  avec des nuées de paparazzi!!!!

Pour dire :

–  NON, les quartiers ce n’est pas Beyrouth (alors que des dispositifs policiers et militaires du même ordre sont mis en place!)

– Non, les journalistes ne sont pas tous des paparazzi assoiffés de sensationnel!

Si cela m’intéresse autant, c’est évidemment, en tant que citoyenne, mais aussi, en regard de la situation de mon école qui bien qu’elle soit répertoriée dans une des 40 zones sensibles de France (Les Pérouses)  ne bénéficie pas des moyens nécessaires pour une bonne part de la population qu’elle accueille en raison de son emplacement géographique : l’ouest lyonnais.

Etre pénalisé parce que dans le manichéisme ambiant, il ne fait pas bon non plus être mixte!!! Alors que c’est l’exemple emblématique de la solution pour apprendre à nos citoyens en devenir à vivre ensemble.

J’ai travaillé sur Vénissieux et Vaulx-en-Velin qui avaient des situations difficiles à régler et j’ai vu la naissance des ZEP! Au moment où “on dit” que l’école doit être le centre des préoccupations…la nôtre n’est, non seulement pas aidée davantage, mais dépourvue de plus en plus de moyens essentiels!

Voilà…un petit moment citoyen pour ceux que cela intéresse.

Bonne journée à tous.

 

Après un début d’année plus que cahotique, c’est reparti!

Ma force est dans le regard des enfants…une fois de plus, ils me donnent la force et l’envie de repartir! Je suis comme une batterie, il faut qu’elle tourne pour se recharger…espérons qu’elle ne soit pas trop usée!!!! Mais surtout elle n’est pas seule, il y a celles de mes collègues. Formidable travail d’équipe. Merci Isabelle et Delphine. On va former un bon trio….

On s’organise, on se distribue les taches..et surtout on élabore nos projets. L’outil informatique est vraiment un élément moteur de notre organisation… mais malheureusement, il nous faudrait plus de postes pour vraiment avancer. Le budget municipal n’est prévu pour nous que l’année prochaine. Nous avons fonctionné depuis 3 ans avec 3 postes…pour 33 élèves puis pour 48…..asphyxie…quasi impossible! Dommage!

Cette année, avec 44 élèves, nous aimerions au moins avoir quelques postes supplémentaires. Bon, on a laissé un message sur le site…On va aussi relancer la municipalité, on ne sait jamais!

Reprise des cours la semaine dernière et de nouveau me voilà KO! Cette fois, c’est l’angine avec chez moi l’attaque, à la suite  des cordes vocales. Résultat, je suis aphone.

A se demander si mon esprit essaie de repartir à l’école alors que mon corps fait de la résistance!

La voix cassée…même disparue! Me voilà dépourvue de  mon outil de travail ! La dernière fois que ça m’est arrivé, c’était il y a 5 ans, j’étais à plein temps au CP et paf, angine et aphonie!  Une boule de feu au fond de la gorge. Epouvantable. Ne plus parler, le seul remède, mais j’étais quand même allée à l’école. Eh ben voyons!

Cette fois impossible! Ma tension a chuté d’un coup! Aujourd’hui, journée blanche..j’attends que ça se passe, fauteuil, soupe, tisane, pastilles….silence!

Y-a-t-il un lien avec les évènements de début d’année? Ce qui a été cassé briderait mon énergie!

Je veux mais mon corps n’en peut plus!!! ou hasard. les microbes circulaient dans la maison et un peu partout…et ils m’ont sauté dessus.

J’espère que l’année prendra un autre rythme, car pour l’instant, j’ai été plus souvent arrêtée qu’à l’école!

La motivation crée de l’énergie et cette énergie a raison de toutes les fatigues et des microbes qui trainent.

Cette motivation s’est émoussée…le reste avec. J’espère que ça va changer!

La réponse de Philippe MEIRIEU nous a mis du baume au coeur.

Déjà, il nous répond… et rapidement ! Il s’excuse même d’avoir tardé! Ensuite, il nous donne raison d’avoir fait appel à lui : l’image correspond à la réalité. Il reste un homme de terrain, accessible, ce qui en fait un homme un peu à part dans le monde de l’Education Nationale où la structure hiérarchique absorbe une bonne part d’humanité.

Je lui ai répondu, peut-être un peu rapidement,  tellement j’étais contente de sa réponse et surtout qu’il trouve notre petit travail d’amateurs, intéressant. Mais bon, les réponses de Marc et de Francis nous ont aussi surpris et fait très plaisir. Vive le monde interactif de l’internet!

Cette situation souligne dans quel état d’isolement, nous sommes, nous autres enseignants, immergés dans le travail de nos classes. Et lorsque notre hiérarchie, dont ce devrait être le boulot, nous ignore….

Tant pis, je n’ai jamais attendu, dans mon coin.Je suis même allée à la fac.  Mais il est vrai, qu’autant, il est possible de rencontrer un ministre dans le cadre d’une association, ce que j’ai déjà fait, autant, dans cette structure monstrueuse qu’est l’Education Nationale, on a vraiment l’impression d’avoir la semelle de celui juste au dessus de nous, sur la tête et qui nous empêche de bouger(sauf moi …dommage que je sois un peu seule).

C’est, je le sais, mes activités  associatives qui m’ont ouvert à ce genre d’initiatives, contacter directement quelqu’un. Pour moi, s’il est jugé incaccessible, c’est encore plus stimulant. Et puis, j’ai aussi recontré le Président Pinet quand j’étais secrétaire! Nous ne sommes que des êtres humains, que diable!

Quant à savoir ce que cela donnera. Ce sera à la hauteur de ce que l’on veut! Justement, en lisant le mail de réponse à mon mari…, j’ai manqué de précision…il est toujours là pour “ne pas perdre de vue l’objectif!”

En effet, ce que l’on veut, c’est faire le bilan de notre projet qui a quand même bien fonctionné et évolué pendant 3 ans.

En détailler tous les aspects pour en faire l’analyse de ce qui a bien fonctionné, de ce que l’on peut encore améliorer, mais surtout des réels services rendus et des possibilités d’ouverture. Vu ce qui vient de se passer, c’est aussi l’estimation en moyens qu’il faut faire pour démontrer qu’un projet comme celui-ci fonctionne et qu’il suffit juste de s’en donner les moyens qui ne sont pas exorbitants, mais indispensables.

Voilà, c’est dit. Maintenant, j’attends avec impatience la réponse de Philippe MEIRIEU pour une rencontre éventuelle. Tout ceci, je pensais le développer de vive voix.

A moins qu’il ne vienne faire une petite incursion sur ce blog!

Dans ce cas-là….bonjour Mr MEIRIEU, on compte sur vous.

Allez, c’est parti!

 Hier je suis passée à l’école reprendre contact,  surtout pour rassurer Isabelle : oui je reviens!

Mais aussi faire connaissance avec  Delphine, la jeune enseignante, avec laquelle je vais partager la classe cette année. Adorable, gentille et disponible!  Je pense qu’on va bien s’entendre.

D’après ce qu’elle me dit, elle a un bon contact avec les élèves, parfois un peu “bougeons”!! ( ça c’est sûr!)

Elle a été étonnée de leur façon de demander après moi : “Elle revient quand  la vraie maîtresse?” C’est drôle, leur façon de voir. Mais il est vrai qu’ils ont vu défilé tellement de remplaçants. J’étais la constante….Et puis ils me connaissent de l’année dernière, ils savaient que je serais leur maîtresse de CE1 et pouf, je disparais!

Mais vraie maîtresse, le mot “vraie” est quand même à méditer! En tous les cas, il m’a fait du bien!

En plus l’accueil de tous, collègues et enfants a été très chaleureux. Des collègues sont même  venues jusque dans la classe me faire la bise. Et les enfants qui m’avaient aperçue sont allés chercher leurs camarades comme s’ils avaient vu le père Noël!

Bon, c’est reparti

Queques jours devant moi avant de reprendre le chemin de l’école. J’y retourne mardi…attention, pas lundi …mardi! Il faut que je modifie le logiciel après 4 ans d’utilisation.

Finalement, j’aurais utilisé tous ces jours à me reprendre, me reposer, c’est sûr mais surtout à trouver la pierre d’achopppement qui permet de reprendre la route. J’ai surtout fixé les cadres, à court, moyen et long terme…

A court terme, reprendre avec Isabelle…pour que notre projet marche au moins sur deux pieds, en réaménageant au mieux, mais sans plus, avec les moyens du bord! Et puis le grand projet, si possible, d’aller plus loin avec d’autres partenaires…

A moyen terme, finir cette année scolaire en attendant le jugement du TA…rendez-vous cet après-midi avec les avocats!

A long terme…ménager ma santé pour moi-même bien sûr mais surtout pour être encore plus disponible pour les miens.

Des parents qui, comme ils disent, sont rentrés dans des décennies à risque…qu’ils s’accrochent! Ils sont formidables et j’ai encore tant à partager avec eux.

Des enfants qui font des projets, entrent de plein pied dans la vie  et qui ont besoin qu’on soit (toujours)  là, pour les encourager…les accompagner.

Le temps passe si vite… je ne le laisserai pas bouffer par des contrariétés…inutiles! Je l’ai toujours fait…il est vrai que là, ma santé m’a rappelé que je dois ménager la monture.

Ou plus exactement me garder des coups bas qui vous font plier….mais je suis un roseau….pensant, du moins j’essaie!

J’avais envoyé un message sur le blog de Xavier DARCOS, dès que j’avais su sa nomination comme ministre de l’Education Nationale. Trop tard! Son blog venait de fermer!

Bouteille à la mer, perdue dans l’océan!

J’envoie aujourd’hui ce message à Philippe MEIRIEU. Il est à la fois plus accessible (géographiquement) et plus proche de nos préoccupations.  Souhaitons-le! 

 “Bonjour Mr Meyrieu,

Je viens de lire votre éditorial en 5 points sur cette rentrée scolaire et il me semble que notre école, de par sa situation particulière, en soit  l’exemple emblématique.

Je vous avais croisé en 2000, lors de ma formation en Sciences de l’Education. Une étudiante de 49 ans! Finalement, j’avais passé le concours PE (grave erreur, mais ça c’est une autre histoire!)Cette plongée dans le monde universitaire fut très instructive à bien des égards!

Revenue dans mon école de Brignais, dite en zone sensible et de grande mixité sociale( ce qui en fait sa richesse) j’ai continué à monter des projets avec mes collègues.Le dernier en date a existé en grande partie grâce à des circonstances qui n’ont que peu à voir avec les moyens de  l’éducation nationale si ce n’est une situation imposée : 15 élèves non lecteurs arrivant dans un CE1! L’amitié de trois collègues et le temps supplémentaire alloué par les deux autres (à 1/2 temps)…ont été le socle qui a  permis de mener à bien ce projet. Le site que nous avons fait en porte témoignage.   http://ce1jmb.free.fr  

Après 4 ans de collaboration, le départ de l’une d’entre nous, (pour raison personnelle)  n’aurait dû causer qu’une redéfinition du projet et une nouvelle dynamique. Malheureusement, en cette rentrée très difficile,  l’administration l’a fait voler en mille morceaux. A 54 ans, pour la première fois, je me retrouve genou à terre! Pas pour longtemps, j’espère, …mais quand même!

Immergées dans nos classes mais aidées par les nouvelles technologies (on communique et on fabrique beaucoup  par internet)…nous avons élaboré le projet, nous l’avons fait vivre et évoluer…avec des innovations, comme les sons en couleurs et le dictionnaire de la mémoire. Cependant, nous n’avons pas eu le temps de développer tous ses aspects dans un mémoire, par exemple,  ni fait le bilan! On s’en rend compte avec l’arrivée de nouvelles personnes dans nos classes, qui prennent le projet en marche. On ne peut pas être au four et au moulin…et notre site a servi de passerelles pour laisser quelques pistes…nous voulons aussi alimenter les forums.

Avec + de  27 000 visiteurs, nous avons des contacts passionnants avec des collègues dont certains “chercheurs de terrain”…ce qui nous encourage beaucoup : notre vision pédagogique, concrètisée  avec  les sons en couleurs ou le dictionnaire de la mémoire (projet de notre EVS, auteur et calligraphe ….qui s’en va bientôt) en sont les moteurs.

Aujourd’hui, pour répondre au bouleversement de notre projet…il nous faut le valoriser, en faire le bilan. Il pourrait apparaître comme un projet pilote  vu notre situation originale , s’il survit au manque de moyens!

En effet, le problème de notre école est qu’elle est située dans l’ouest lyonnais, que le collège ne peut pas être en ZEP. Nous survivons grâce à une équipe (qui commence à s’épuiser après 25 ans de lutte ,12 pour moi) et à des familles qui se mobilisent. Avoir des familles, venant  des sans abri de l’Abbé Pierre mais aussi des couches sociales  supérieures…permet de garder un dynamisme certain, mais les parents sont très inquiets et beaucoup veulent prévoir le déséquilibre annoncé!

Mon arrêt maladie a eu un effet destabilisant. Le directeur l’a annoncé en disant “Nous avons le regret de vous faire part de l’arrêt maladie…” j’ai cru que j’étais morte!!!Je suis considérée comme “un roc”, connue aussi pour avoir dirigée plusieurs associations sur la commune. Je viens du monde de l’entreprise et  j’ai fait “mes classes” à Vénissieux et Vaulx en Velin.

Evidemment, je ne vais pas y laisser ma santé et tout le monde m’encourage à me reposer. Cependant,je n’ai pas dit mon dernier mot (AGIR ou SUBIR)…il me faut donc rebondir!

Ma collègue a fini aux urgences, jeudi matin…à force d’essayer de tout tenir à bout de bras. Mais l’administration nous dit interchangeables..il y a quelqu’un ! Les parents et la mairie qui nous connaissent bien se mobilisent. Même mon mari (qui était gestionnaire dans de grandes entreprises) a piqué sa colère (il a tenu 30 ans) de voir une administration traiter des enseignants de la sorte. On nous demande de faire de la remédiation, des PPRE…et quand on anticipe ..on nous explose…apparemment par ignorance!

Si je vous écris, c’est parce qu’il me semble que vous êtes attentif à la réalité du terrain.J’attends votre avis, vos conseils, un regard compétent en dehors des structures rigides de l’EN. Ce qu’il nous faudrait, c’est démontrer les besoins nécessaires à des projets comme le nôtre, au sein de l’éducation nationale.

A moins qu’il n’y ait rien à faire..juste survivre.

Bien cordialement”

La force des mots…trouver le mot juste, celui qui définira vraiment une sensation, une pensée, une idée.

Cette force des mots qui transforme un paysage, qui définit une route à suivre vient à ma rescousse en ce moment. Je l’ai toujours utilisée, parfois avec volupté pour  changer, non pas les choses mais la façon de les voir…qui finalement les changera.

Quand j’étais syndic (bénévole) de coproporiété… nous avons dû donner des noms aux rues et allées de notre lotissement tout neuf qui comptait 118 maisons, le plus important de la commune : 3 rues, 8 allées. Evidemment, c’était pour hier!

Quand on fait les choses dans la précipitation…on s’appuie d’abord sur la méthode : la déduction par exemple : éliminer tous les noms, toutes les catégories déjà prises…les arbres, les oiseaux….pas de poètes, ni de peintres…un autre lotissement engage le même processus…

On choisit un premier nom de peintre, mais l’autre lotissement a été plus rapide.

Les poètes s’offrent à nous  : beaucoup de noms se bousculent… des bribes de poémes, ceux à jamais gravés par  nos mémoires d’enfants …et puis autour de la table, chacun donne son avis. Mais, comme on hésitait entre les peintres et les poétes et que mon voisin qui manie avec adresse le pinceau avait proposé Auguste Renoir…on le gardera et il sera le seul peintre au milieu du domaine des poètes. …Je dis toujours, quand un visiteur s’égare dans notre lotissement, confronté à cette “erreur” que la poésie est dans sa peinture…..

Voilà…passer du mot ZAC des Saignes (lieu d’implantation) )à Domaine des Poètes ne change rien à la réalité mais installe une sensation qui finalement embellit notre vie, nos relations et finit par correspondre à l’aménagement de notre espace.

Chaque chose n’est en fait que l’idée que l’on s’en fait et j’ai mille fois remarqué que la forme, si elle ne permet pas de changer les choses, donne une ouverture pour le faire.

En ce moment…je reprends tous les mots ou expressions entendus : ils me servent de base pour redéfinir des réalités, des points de vue, mais surtout permettre des passerelles entre des parties rendues rigides, arcboutées sur leur certitude.

Dans ma réflexion sur mon retour à l’école : je me dis qu’il ne faut pas confondre “chapeauter” et “porter le chapeau”!

Cette clé humoristique peut rouvrir  le dialogue pour redémarrer sur des bases reconnues par tous, gage d’un nouveau départ.

Re  re re …je réagis…Mais une de mes devises à toujours été et sera toujours : AGIR ou SUBIR!

Voici une piste… une de celles que j’explore en ce moment!

Je n’en suis que malheureusement encore qu’au stade de stabilisation…..à suivre!

Tout était prêt pour la rentrée. La passation entre mes deux collègues se faisait en douceur et le projet continuait….

Mais non, en quelques jours, tout est par terre! quel gâchis!

Casser des équipes, briser des projets, enlever des moyens de réussite à des enfants en difficulté, ne serait-ce pas de la maltraitance!

Les adultes que nous sommes ont des ressources, celle de s’unir, de prendre du recul, de se soigner…. quoique, quand l’attaque vient de ceux qui devraient vous aider, alors, personne n’est à l’abri et on plie le genou!

On tient pour les enfants, on se dit que tout va finir par s’arranger, c’est juste une question de bon sens, d’évidence! Mais non l’acharnement à ne pas comprendre ou à ne pas vouloir. On dit : quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage! Quelle horreur!

Qui veut nous briser? ça n’a pas de sens…et à force d’essayer de  comprendre, le sommeil réparateur n’est plus là et les questions tournent et tournent dans la tête….

Surchauffe….stop! reprendre tout à zéro!

Rideau, le site est en berne et je mélange tous les mots.

Je sais, je vais réagir, me remettre en action! Un peu plus de temps pour rassembler mes esprits, mes forces…et je vais repartir…comme une lionne! Oui, on peut me voir comme ça, quand on s’attaque à ses petits, la lionne montre les crocs!